Le CERN arrête d'utiliser les programmes Microsoft pour commencer à utiliser l'open source

Une partie de l'accélérateur du CERN

El CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire) européenne, ou la cathédrale de la science comme beaucoup l'appellent, il était déjà connu pour utiliser une distribution GNU / Linux pour ses ordinateurs et supercalculateur. Plus précisément, c'était Scientific Linux, basé sur RHEL, mais ils ont ensuite créé le plus moderne CCentSO (CERN CentOS), une version de CentOS spéciale pour les applications du CERN et que vous pouvez trouver et télécharger gratuitement sur leur site Web, comme ce fut le cas avec Scientific Linux.

Le CERN est l'un des laboratoires souterrains les plus grands et les plus importants au monde. Beaucoup des meilleurs scientifiques de divers pays y travaillent et analysent les origines de l'univers, de la matière et de nombreuses choses importantes pour l'avenir de l'humanité. Et tout cela grâce à l'accélérateur de particules, le grand collisionneur de hadrons (LHC). Au cours des expériences, des milliers de gigaoctets d'informations sont générés qui doivent être traités et stockés rapidement.

Le supercalculateur dans le centre de données qu'ils ont là-bas est en charge de cela, avec GNU / Linux, d'ailleurs ... Mais indépendamment de tous les éloges que je peux donner à ce grand laboratoire, la nouvelle est maintenant que arrêtent d'utiliser le logiciel Microsoft et commencer à utiliser des logiciels open source. Cela leur permet d'économiser de grosses sommes d'argent sur les licences afin de pouvoir l'investir à d'autres fins plus productives.

Une augmentation du prix des licences ils ont rendu cela possible. Le CERN ne peut pas se permettre de gaspiller autant d’argent en licences et il parie sur le logiciel libre. Par exemple, il y a un an, ils ont lancé MAlt (Projet Microsoft Alternatives), dont le nom dit tout. Ils recherchent des alternatives, migrent des systèmes et utilisent des logiciels libres et open source pour le travail que leurs employés y font. Sans aucun doute une très bonne nouvelle. J'espère que de plus en plus de grandes organisations et entreprises suivront cette même voie.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

2 commentaires, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   pedro dit

    Tout d'abord une petite correction: Scientific Linux est un spin de Fedora (bien sûr, il est basé sur RHEL en tant que tel).
    Ce qui me surprend, c'est que le CERN ne l'a jamais fait auparavant, par exemple lorsqu'ils sont passés de Fedora à CentOS (notabene a également été abandonné de Fedora et RHEL). Cela a déjà été presque une révolution, car une fois qu’ils l’ont fait, pourquoi n’ont-ils pas opéré un changement en profondeur?

  2.   Claudio Ségovie dit

    Une rumeur: Tim Berners-Lee travaillait au CERN (je ne sais pas s'il le fait toujours) lorsqu'il a créé HTML et le World Wide Web. En fait, la proposition découle des propres besoins du CERN.