Qu'est-ce qui va changer avec Kamala pour les grandes entreprises technologiques?

Qu'est-ce qui va changer avec Kamala?

Quand George Bush (h) a remporté les élections aux États-Unis dans l'année 1998 2000 une série d'événements a été déclenchée qui changeraient profondément l'industrie de la technologie. Bush a renversé le processus antitrust qui allait forcer Microsoft à se séparer. Certains pensent que si la scission avait eu lieu, l'entreprise aurait accordé plus d'attention au marché naissant des appareils mobiles.

Le truc Bush n’était pas idéologique. Microsoft a généreusement contribué à sa campagne. Le même que Big Tech avec celui de la vice-présidente élue Kamala Harris

Plusieurs fois, nous avons commenté Linux Addicts comme aux États-Unis et dans l'Union européenne.les grandes entreprises technologiques font l'objet d'une enquête pour leurs pratiques anticoncurrentielless. Le sous-comité antitrust de la Chambre des représentants et la Federal Trade Commission ont la loupe sur les actions d'Apple, d'Amazon, de Facebook et de Google. De son côté, le ministère de la Justice a déjà intenté une action en justice contre cette dernière société.

La Silicon Valley aime Kamala

Joe Biden a annoncé que Kamala Harris serait son candidat à la vice-présidence en août. Rien qu'en octobre, les employés de Google, Apple et Facebook ont ​​fait un don d'un million et demi de dollars à la campagne.n / A. Biden n'en avait reçu que quatre cent cinquante mille, tandis que Trump devait se contenter de cent six mille dollars.

La nomination de Kamala Harris aurait contribué à hauteur de XNUMX millions de dollars à la campagne. Les principaux contributeurs sont les employés d'Alphabet (la société mère de Google) Microsoft, Apple et Amazon.

La possibilité d'ouvrir les portefeuilles de la Silicon Valley remonte à loin. Au cours de sa campagne pour devenir procureure générale et sénatrice de Californie, Kamala Harris a sollicité la contribution de hauts dirigeants d'Apple tels que Jony Ive, Mark Benioff de Salesforce et Sheryl Sandberg, COO de Facebook.

Vos relations avec la Silicon Valley ne se limitent pas à recevoir de l'argent, a donné des conférences sur Google et Facebook en plus d'être ami avec Laurene Powell Jobs, la veuve du co-fondateur d'Apple Steve Jobs, a assisté au mariage de Sean Parker, co-fondateur de Napster et premier président de Facebook. Sans oublier que certains anciens collaborateurs de Harris travaillent maintenant pour des entreprises de technologie, notamment Google, Amazon et Airbnb.

Et si nous avons besoin de quelque chose d'autre pour ajouter à la paranoïa, Le co-fondateur de LinkedIn Reid Hoffman et le capital-risqueur John Doerr ont levé des fonds pour sa candidature à la présidentielle.

Qu'est-ce qui va changer avec Kamala?

Bien que la position du nouveau gouvernement ne soit pas officiellement connue, Les analystes s'accordent à dire que Kamala Harris ne sera pas «l'employé du mois» technologique.

Certains se souviennent qu'en 2018, Lors d'une audience sur Facebook dans le cadre du scandale Cambridge Analytica, il a violé Mark Zuckerberg.

Après lui avoir demandé s'il avait participé à une réunion au cours de laquelle il avait été décidé de ne pas informer les utilisateurs de la fuite de données, il a clairement exprimé ses doutes sur le souci de transparence et de confiance de Facebook.

Consulté par un média journalistique, le nouveau vice-président a déclaré:

Je pense que les entreprises technologiques devraient être réglementées. Ma première priorité sera de veiller à ce que la vie privée soit intacte et que les consommateurs aient le pouvoir de prendre des décisions sur ce qu'il advient de leurs renseignements personnels.

Au cours de son travail de législatrice, Kamala Harris Elle était un fervent partisan des lois préservant la confidentialité numérique, protégeant contre le harcèlement en ligne et augmentant les droits des employés des applications.

Selon Dean Lacy, professeur de gouvernement au Dartmouth College, Les entreprises de technologie considèrent Harris comme moins réglementaire que l'aile gauche du Parti démocrate et moins hostile à la technologie que l'aile Trumpiste du Parti républicain. Selon Lacy, le but des dons est de s'assurer qu'ils sont entendus.

Le consensus parmi les analystes est que l'industrie a misé sur le moindre mal. Ils savent qu'ils vont devoir faire face à des réglementations plus strictes. Mais, au moins, il y a quelqu'un au gouvernement qui connaît le monde de la technologie. Avec Trump, ils craignaient une intervention chirurgicale réalisée sans anesthésie et avec un couteau de boucher.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

2 commentaires, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   Pedruchini dit

    Je crois que George Bush n'a pas remporté les élections de 1998, comme indiqué au début de l'article, mais en l'an 2000, puisqu'il était président depuis janvier 2001.

    1.    Diego allemand Gonzalez dit

      Oui, tu as raison, c'était en l'an 2000