ToaruOS, un système d'exploitation écrit à partir de zéro avec son propre noyau et qui est similaire à Unix

Récemment La libération de la version du système d'exploitation similaire à Unix «ToaruOS 2.0, écrit à partir de zéro et fourni avec son propre noyau, un chargeur de démarrage, une bibliothèque C standard, un gestionnaire de packages, des composants d'espace utilisateur et une interface graphique avec un gestionnaire de fenêtres composite.

Le projet a commencé en 2010 à l'Université de l'Illinois et a été initialement développé comme un travail de recherche dans le domaine de la création de nouvelles interfaces graphiques composites.

Depuis 2012, le développement a été transformé en système d'exploitation ToaruOS, développé par la communauté intéressée par le développement.

À propos de ToaruOS

Dans sa forme actuelle, le système est équipé d'un gestionnaire de fenêtres composites, prend en charge les fichiers exécutables liés dynamiquement au format ELF, le multitâche, la pile graphique, peut exécuter Python 3 et GCC.

Système d'exploitation Toaru est basé sur un noyau utilisant une architecture modulaire hybride qui combine une base monolithique et des outils pour l'utilisation de modules chargeables, de la manière dont la plupart des pilotes de périphériques disponibles sont conçus, tels que les contrôleurs de disque (PATA et ATAPI), EXT2 et ISO9660 FS, framebuffer, clavier, souris, cartes réseau (AMD PCnet FAST, Realtek RTL8139 et Intel PRO / 1000), puces audio (Intel AC'97) et plugins VirtualBox pour les systèmes invités.

Le noyau prend en charge Unix, TTY, le threading du système de fichiers virtuel, pseudo-système de fichiers / proc, multithread, IPC, ramdisk, ptrace, mémoire partagée, multitâche et autres fonctionnalités typiques.

Ext2 est utilisé comme système de fichiers. Le bootloader est compatible BIOS et EFI. La pile réseau active les API de socket de type BSD et prend en charge les interfaces réseau, y compris le bouclage.

Pour ToaruOS, des programmes comme Vim, GCC, Binutils, FreeType, MuPDF, SDL, Cairo, Doom, Quake, l'émulateur Super Nintendo, Bochs, etc. ont été portés.

Parmi les applications natives, se distingue l'éditeur de code Bim de type Vi, qui a été utilisé ces dernières années pour le développement d'applications spécifiques à ToaruOS telles qu'un gestionnaire de fichiers, un émulateur de terminal, un panneau graphique avec support de widgets, un gestionnaire de lots, ainsi que des bibliothèques pour la prise en charge des images (PNG, JPEG) et des polices TrueType.

Le projet aussi développe son propre langage de programmation dynamique Kuroko, conçu pour remplacer Python dans le développement d'utilitaires et d'applications personnalisées pour le système.

Le langage sa syntaxe est similaire à Python (positionné comme un dialecte Python raccourci avec des définitions de variables explicites) et a une implémentation très compacte. La compilation et l'interprétation de bytecode sont prises en charge. L'interpréteur de bytecode fournit un ramasse-miettes, prend en charge le multithreading sans utiliser de verrouillage global.

Le compilateur et l'interpréteur peuvent être assemblés sous la forme d'une petite bibliothèque partagée (~ 500 Ko), qui peut être intégrée à d'autres programmes et étendue via l'API C. En plus de ToaruOS, le langage peut être utilisé sur Linux, macOS, Windows et peut s'exécuter dans les navigateurs prenant en charge WebAssembly.

Quoi de neuf dans ToaruOS 2.0 ?

Dans cette nouvelle version du système, il est mentionné que Misaka core ajoute des fonctionnalités pour permettre des utilitaires personnalisés top, strace, dbg, ping et cpuwidget.

Il est également mentionné que les capacités de la bibliothèque graphique ont été étendues , y compris l'ajout de transformations associées et que le cadre de la fenêtre a été amélioré.

Il convient également de noter que le rastériseur de texte avec prise en charge TrueType a été ajouté, une bibliothèque de formatage de texte avec balisage a été ajoutée, le chargeur de démarrage BIOS a été amélioré avec une meilleure prise en charge des configurations matérielles et le chargeur de démarrage EFI a été réécrit.

De l' autres changements qui se démarquent:

  • Ajout de la prise en charge de l'édition de la ligne de commande du noyau dans les deux chargeurs de démarrage.
  • La conception des panneaux a été modernisée.
  • Ajout de la prise en charge des bibliothèques chargeables, des mises en page dynamiques et des nouvelles fenêtres contextuelles de widgets.
  • La visionneuse a été réécrite avec de nouvelles palettes ajoutées.
    Ajout d'une nouvelle implémentation de la calculatrice.
    La prise en charge des fuseaux horaires a été ajoutée à la bibliothèque standard.
  • Ajout du pilote pour le chipset Ensoniq ES1371 émulé dans VMware.
  • La prochaine version majeure 2.1 devrait prendre en charge les périphériques AHCI, xHCI et USB HID.
  • Dans la branche 2.2, il est prévu d'implémenter le support de l'architecture AArch64.

Enfin, si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez consulter les détails dans le lien suivant.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

2 commentaires, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   Marco Antonio dit

    bonjour interessant .. ou le telechargez vous ?

  2.   Ferdyen dit

    D'accord, mais ext2 est déjà obsolète, mais approuvez quand même.