Pourquoi un moteur de recherche géré par l'État n'est pas une idée réalisable

Pourquoi un moteur de recherche

Plus tôt Je leur ai commenté la proposition de un législateur du parti vert australien qui el État gère votre propre moteur de recherche en remplacement de Google. Aussi attrayante que puisse paraître la proposition, elle n’est peut-être pas aussi simple à mettre en œuvre.

Le scénario

Tout a commencé lorsque la Commission de la concurrence et des consommateurs a décidé d'envoyerr un projet de loi établissant une procédure d'arbitrage. Cette procédure est volontaire pour les médias traditionnels mais obligatoire pour les entreprises technologiques. L'objectif est d'égaliser les règles du jeu en faisant en sorte que le moteur de recherche et Facebook (les destinataires de la règle) négocient avec les médias les formes de compensation pour l'utilisation du contenu et la manière dont les changements dans l'algorithme d'indexation affectent le positionnement.

En vérité, Google n'est pas resté immobile et en menaçant de partir, il s'est déjà précipité pour négocier avec certains éditeurs. Du côté gouvernemental, ils ont décidé de donner un coup de main aux concurrents, en particulier à Bing.

La proposition verte

De son côté, le parti de centre-gauche connu sous le nom de Verts a fait sa propre proposition. Dans un communiqué de presse, ils ont écrit:

La menace de Google de quitter l'Australie montre que nous ne pouvons pas dépendre des entreprises pour fournir des services essentiels tels que l'accès aux informations en ligne.à. C'est l'occasion pour le gouvernement d'enquêter sur la création d'un moteur de recherche public qui pourrait être la porte d'accès à Internet pour les Australiens. Cela signifierait que les Australiens pourraient effectuer des recherches sur Internet avec la tranquillité d'esprit que leurs données ne sont pas vendues à des annonceurs et des entreprises.

Internet est un service essentiel pour la plupart des Australiens. Aujourd'hui, l'accès à Internet est contrôlé par un petit nombre d'entreprises très puissantes. Nous ne devrions pas chercher un autre géant étranger pour combler le vide de Google, que ce soit Microsoft ou qui que ce soit d'autre, car ils continueront à profiter des données des Australiens et seront endettés envers les intérêts des actionnaires. Un moteur de recherche indépendant et public serait une étape importante dans la restauration d'un Internet libre et ouvert.

Pourquoi un moteur de recherche géré par l'État n'est pas une proposition faisable

Sur le papier, la proposition verte sonne bien:

Un moteur de recherche public responsable devant le public et non devant les actionnaires pourrait être mis en place avec les meilleures pratiques de confidentialité des données au monde pour garantir que les utilisateurs possèdent leurs propres données et contrôlent les données collectées à leur sujet et leur utilisation.

Mais pour les spécialistes, il y a pas mal d'obstacles à considérer

En principe, le fonctionnement d'un moteur de recherche est assez simple. vous tapez un mot ou une phrase et recevez une liste de sites Web liés à la recherche. Mais, Comment déterminez-vous quels sites Web sont pertinents et dans quel ordre sont-ils affichés?

Les principaux moteurs de recherche déterminent les résultats en fonction de différents paramètres y compris l'emplacement, les recherches précédentes, les recherches effectuées par d'autres utilisateurs du même sujet, etc.

De plus, les particularités de la langue doivent être prises en compte; des synonymes, des mots avec des significations différentes, des fautes de frappe et des fautes d'orthographe. Et n'oublions pas les particularités de la langue anglaise d'écrire d'une manière et de prononcer une autre.

Indexation et recherche

Google perfectionne son algorithme depuis plus de deux décennies. S'il est vrai qu'il existe des solutions open source que les Australiens pourraient adopter pour se sauver du travail, il leur faudra du temps pour atteindre le même niveau de qualité.

Mais une fois que vous avez l'algorithme, il y a un autre problème. Complétez la base de données. Sans aucun doute, le gouvernement australien peut forcer tous les sites de domaines locaux à s'inscrire auprès du moteur de recherche, mais il ne pourra rien faire avec les sites d'autres pays. Donc, l'hypothétique moteur de recherche australien devra mettre en place un mécanisme pour explorer le World Wide Web et indexer son contenu.

Et, comme si cela ne suffisait pas, vous devriez montrer les résultats rapidement. Depuis l'Argentine, Google a mis moins d'une minute pour récupérer les 1 98000 résultats de recherche pour "LinuxAdictos" .Il s'agit sans aucun doute d'un investissement considérable en matériel.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

6 commentaires, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   esca dit

    Ce n'est pas une idée réalisable ... à court terme.
    Cela me semble toujours une très bonne idée. Et du lait! Nous parlons du gouvernement australien, pas de la boutique informatique du coin.
    Dans quelques années, en faisant les choses correctement, ils peuvent avoir quelque chose de très, de très décent. De plus, s'ils le font de manière transparente, ils pourraient avoir des règles très claires sur ce que les résultats passent avant les autres, pas comme maintenant, c'est un mystère insondable.

  2.   Camille Bernal dit

    Je crois qu'une alternative à Google peut être construite, mais pas à partir d'un gouvernement en particulier, mais à partir d'une organisation internationale à but non lucratif basée sur le logiciel libre. Bien sûr, au début, sa qualité serait très inférieure, mais au fil des ans, la communauté réussirait collectivement à créer un produit compétitif (et plus encore si elle a des dons et un soutien technique des gouvernements).

    Internet est trop précieux pour être laissé aux entreprises privées.

    1.    Diego allemand Gonzalez dit

      Oui, des heures après l'avoir écrit, j'ai réalisé que ce n'était pas un bon titre. Faisable n'est pas le mot.

    2.    Diego allemand Gonzalez dit

      Ce serait génial

    3.    Bypper dit

      En dehors des alternatives habituelles déjà connues (Duckduckgo ...), il y avait un projet très intéressant dont je ne sais pas s'il est toujours actif, mais il reposait précisément sur ceci:

      YacY

      1.    Diego allemand Gonzalez dit

        Rester actif
        https://yacy.net/