Octobre, Microsoft et Mozilla. Mon bilan de 2021 partie 11

Octobre Microsoft et Mozilla

Le dixième mois de l'année nous a apporté quelques ennuis. Au moins pour ceux d'entre nous qui croyaient que Microsoft avait abandonné ses vieilles astuces. Mozilla a également contribué le sien.


bouffonneries Mozilla

À compter de la sortie de Firefox 93, le navigateur a commencé à envoyer des données d'entrée au clavier aux serveurs de Mozilla pour fournir aux utilisateurs des suggestions connexes. Le problème est que ces suggestions sont des publicités payantes.

De Mozilla, ils ont expliqué:

Il s'agit d'une nouvelle fonctionnalité qui affiche des liens directs vers du contenu Web en fonction de ce que les utilisateurs saisissent dans la barre d'adresse de Firefox. Une partie du contenu qui apparaît dans ces suggestions est fournie par des partenaires et une partie du contenu est sponsorisée.

Pour rassurer les utilisateurs, ils ont expliqué :

Lors de la création de Firefox Suggest, nous avons suivi nos principes et pratiques de longue date en matière de confidentialité des données. Concrètement, cela signifie que nous veillons à limiter ce que nous collectons et à limiter ce que nous transmettons à nos partenaires. Le comportement de la fonctionnalité est simple : les suggestions apparaissent au fur et à mesure que vous tapez et sont directement liées à ce que vous tapez. Nous prenons très au sérieux la sécurité des ensembles de données nécessaires pour fournir cette fonctionnalité. Nous avons mis en place des contrôles et des pratiques de sécurité à plusieurs niveaux, et nous nous efforçons de rendre autant que possible notre travail publiquement vérifiable.

Concernant les informations recueillies, Mozilla reçoit une notification indiquant que les liens suggérés ont été cliqués. De plus, il collecte des données de localisation au niveau de la ville ainsi que des recherches pour répondre de manière appropriée aux requêtes liées à la localisation.

Microsoft ne perd pas les ficelles

Ma gaffe annuelle traditionnelle était de croire Microsoft quand ils ont dit qu'il n'y aurait pas Windows 11. Non seulement il y en avait, au lieu de cela, il est revenu à sa vieille habitude d'incorporer des exigences matérielles arbitraires.

Selon Lansweeper, une société de gestion d'actifs numériques qui a récemment sondé 30 millions d'ordinateurs utilisés par 60 XNUMX organisations sur 44,4 % des machines pourraient répondre aux exigences du processeur Windows 11, tandis que 52,5 % satisfont à l'exigence du Trusted Platform Module 2.0. Les choses vont mieux avec la RAM (91,05%)

Dans le cas des machines virtuelles, le pourcentage de prise en charge du TPM indique que les CPU pris en charge sont de 44,9 % alors que seulement 66,4 % disposent de suffisamment de RAM

En ce qui concerne le TPM, seuls 0.23 % de tous les postes de travail virtuels ont activé le TPM 2.0. Et bien que cela puisse être résolu, cela demande beaucoup de travail avant même d'envisager une mise à niveau vers Windows 11.

La raison de la décision semble être que Microsoft ne veut pas répéter l'erreur d'IBM. De plus en plus de matériel apparaît qui utilise des systèmes d'exploitation autres que Windows. Sa stratégie est de profiter de sa position encore dominante sur le desktop pour obliger les constructeurs à créer des produits sur lesquels il est difficile d'installer d'autres systèmes d'exploitation.

L'antécédent

En ce qui concerne le même sujet, nous avons le contexte d'octobre 2012, lorsque Microsoft a annoncé la sortie de Windows 8. Il a également indiqué que les ordinateurs qui souhaitaient le préinstaller devraient utiliser UEFI au lieu du BIOS. UEFI signifie Unified Extensible Firmware Interface ou Unified Extensible Firmware Interface. Sa fonction est d'initialiser tout le matériel connecté à l'ordinateur et de lancer le système d'exploitation.

Une partie de l'UEFI est le démarrage sécurisé

Lorsque le PC démarre, Secure Boot vérifie la signature de chaque logiciel de démarrage, y compris les pilotes de micrologiciel UEFI, les applications EFI et le système d'exploitation. Si les signatures sont valides, le PC démarre et le micrologiciel cède le contrôle au système d'exploitation.

Le fabricant doit stocker les bases de données de signatures vérifiées dans la RAM non volatile du micrologiciel. Cela inclut la base de données des signatures (db), la base de données des signatures révoquées (dbx) et la base de données des clés d'inscription (KEK).

Le problème était que ces bases de données sont entre les mains de Microsoft

articles connexes

Publicité à partir de Firefox 92
Article connexe:
Mozilla de mal en pis : à partir de Firefox 92, le navigateur affiche des publicités camouflées dans les suggestions
Article connexe:
Firefox envoie maintenant ce que vous tapez dans la barre d'adresse à Mozilla
Windows 11 et entreprise
Article connexe:
Windows 11 et entreprise. Le lustre de Linux arrive-t-il sur le bureau ?
Windows 11 et TPM
Article connexe:
Windows 11 et TPM. Pourquoi cela ne devrait-il pas nous surprendre ?
Windows 8 et UEFI
Article connexe:
Windows 8 et UEFI. Le contexte dangereux de Windows 11 et TPM
Linux et démarrage sécurisé
Article connexe:
Linux et démarrage sécurisé. Une erreur que nous ne pouvons pas répéter
Article connexe:
La FSF dit que « la vie est meilleure lorsque vous évitez Windows 11 », elle avertit qu'elle prive les utilisateurs de leur liberté

 

 

 

 


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.