Nous n'avons pas besoin de logiciel libre. Nous avons besoin de la libre concurrence

Nous n'avons pas besoin de logiciel libre

De nombreuses personnes dans le monde du logiciel libre pense que nous sommes encore dans les années 90. Ça la discussion porte sur la question de savoir si les applications utilisent des licences libres ou propriétaires. La réalité est qu'aujourd'hui, ce n'est pas pertinent. Les grandes entreprises ont démontré qu'elles n'avaient pas besoin de restreindre l'accès au code pour passer outre la concurrence et gagner de l'argent.

Supposons que je découvre la formule du Coca Cola. Je change certains composants pour le rendre plus sain, plus savoureux et moins cher et je commence à commercialiser le résultat. Je poste également la recette sur le net sous licence ouverte afin que d'autres personnes puissent faire de même. Cela poserait-il un problème à l'entreprise?

Non, car la formule, le goût et le prix sont les moindres. La grande force de Coca Cola est sa marque de renommée internationale et son immense réseau de distribution. Ils pourraient menacer les entreprises qui acceptent de distribuer mon produit en ne les laissant pas vendre le leur. Avec leur puissance économique, ils forceraient les médias à ne pas accepter ma publicité. Et ils ne pouvaient rien faire non plus. Après tout, ils ont un avantage marketing depuis plus de 100 ans.

Nous n'avons pas besoin de logiciel libre. Nous avons besoin de la libre concurrence

La communauté a tendance à parler avec respect religieux des 4 libertés du logiciel libre

  • La liberté d'utiliser le programme, dans n'importe quel but.
  • La liberté d'étudier le fonctionnement du programme et de le modifier, en l'adaptant à vos propres besoins (étude).
  • La liberté de distribuer des copies du programme, aidant ainsi les autres utilisateurs (distribution).
  • La liberté d'améliorer le programme et de rendre ces améliorations publiques aux autres, afin que toute la communauté en profite.

Ces libertés Ils étaient très utiles à l'époque où les logiciels étaient distribués sur des supports physiques, mais ils sont complètement hors de propos dans un monde où les éditeurs de logiciels se transforment en sociétés de services.

C'est pour ça que Aujourd'hui, les grandes entreprises technologiques ne combattent pas seulement le logiciel libre. Dans certains cas, ils contribuent ouvertementet. Leur source de revenus ne réside pas dans la vente de licences ou dans la restriction de l'accès au code. Mais, malheureusement, il est toujours d'avoir des utilisateurs et des développeurs captifs.

Quelqu'un a décrit avec une métaphore cool ce que signifie rivaliser avec ces grandes entreprises technologiques.

Vous êtes peut-être la meilleure équipe de football, mais vous jouez contre une équipe qui possède le stade, le ballon et la ligue et qui peut changer les règles quand elle le souhaite.

Au lieu de limiter l'accès au code, nous avons aujourd'hui d'autres pratiques aussi ou plus dangereuses que

  1. La commercialisation des données privées des utilisateurs.
  2. Limiter l'accès ou surcharger les concurrents potentiels pour accéder aux plateformes populaires
  3. L'attribution des avantages sous des formes non déclarées dans les plateformes d'utilisation.
  4. Le changement des conditions d'utilisation sans consultation.

En janvier de cette année, une audience a été organisée par le sous-comité judiciaire de la Chambre des représentants sur le droit antitrust, commercial et administratif. Dans ce document, des représentants de petites entreprises basées sur la technologie ont clairement expliqué quel était le problème auquel nous sommes confrontés aujourd'hui.

Lorsque les boutiques d'applications officielles sont apparues, j'étais l'un de leurs défenseurs les plus enthousiastes. Après tout, ce n'était rien de plus qu'une évolution de concepts que les Linuxers connaissent depuis longtemps; référentiels et gestionnaires de paquets.

En théorie, les app stores allaient nous protéger des programmes malveillants, assurer la compatibilité, permettre aux développeurs indépendants de rivaliser d'égal à égal et ne pas avoir à vous soucier des mises à jour.

Dans la pratique sNous sommes devenus un cauchemar pour la vie privée et une excuse pour les pratiques anticoncurrentielles par le duopole Google et Apple.

Ces entreprises, ainsi que le géant du marketing en ligne Amazon et le réseau social Facebook font l'objet d'une enquête de la part des autorités de l'Union européenne et des États-Unis.

Nous avons déjà parlé dans Linux Addicts de l'accusation d'un ancien employé de CollegeHumor sur la façon dont la manipulation des statistiques de Facebook a contribué à la chute de l'un des portails d'humour les plus populaires sur le Web. Nous couvrons également les allégations de vente de données d'utilisateurs.

Comme l'a dit un dirigeant du fabricant d'enceintes sans fil Sonos

Ces entreprises ont tellement de pouvoir que lorsque Google ou Apple demande quelque chose, vous n'avez pas d'autre choix que de le leur donner.

Dans le prochain article, nous verrons plus en détail les accusations portées contre Google, Apple et Amazon qui enquêtent aux États-Unis et dans l'UE


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

12 commentaires, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   Harry Seldon dit

    Autrement dit, nous n'avons pas besoin de liberté mais de libéralisme.
    Quel discours dangereux!

  2.   John dit

    Nous n'avons pas besoin d'oranges, nous avons besoin de pneus… ça n'a pas de sens, non?

    1.    Diego allemand Gonzalez dit

      Je ne sais pas, je n'ai jamais essayé de jus de pneus

  3.   Felix dit

    Le problème avec le logiciel libre est que dans son état actuel il ne défend pas vraiment les libertés qu'il promulgue, puisqu'il n'est pas obligé de partager le code via le web (SaaS), ce n'est rien de plus qu'un geste honteux des mêmes anciens . La seule licence pertinente dans ce sens est l'AGPL, qui est curieusement rejetée par les grandes entreprises technologiques.

    1.    Diego allemand Gonzalez dit

      Bonne contribution. Merci

  4.   Zoharis dit

    »Les quatre libertés ne sont pas nécessaires aujourd'hui»
    Est-ce au sérieux?
    Quelle impudence!
    Quelle honte d'un article!
    Les gens comme l'auteur de cette atrocité sont les vrais talibans, qui dénigrent le logiciel libre pour le peu d'argent qu'ils gagnent en monétisant la chaîne et en mettant en avant le propriétaire d'une manière sournoise.

    1.    Carlo C. dit

      Ils en sont venus au prix auquel cette pauvre diffamation écrit.

  5.   Miguel dit

    La liberté de concurrence ne sera jamais obtenue par l’intermédiaire du même organisme qui génère les monopoles, l’État.

  6.   Patrick dit

    Existe-t-il un moyen de bloquer les articles de cet auteur? Parce que la prochaine chose est d'arrêter de visiter le blog.

  7.   Camille Bernal dit

    L'auteur de cet article réduit tout cela à la concurrence et au profit, et conclut, de la manière la plus hâtive et la plus bâclée, que nous n'avons plus besoin des quatre libertés fondamentales du Logiciel Libre. Les hackers qui ont créé le mouvement ont toujours recherché la liberté d'information et de connaissance, pas la concurrence ou l'argent. Richard Stallman savait parfaitement qu'il y avait beaucoup d'argent à gagner avec des logiciels propriétaires et des connaissances fermées, mais il a choisi une autre voie, il a choisi une position éthique.

  8.   Pauët dit

    Mauvaise approche, les libertés du logiciel libre sont toujours aussi nécessaires ou plus aujourd'hui qu'elles ne l'ont jamais été. D'autre part, la société de l'information présente de nouveaux problèmes qui doivent être abordés avec de nouvelles solutions (AGPL par exemple).

    Ce ne sont que des problèmes différents.

  9.   Alex Borell dit

    L'article présente de nombreuses incohérences. S'agit-il simplement d'attirer l'attention?