M. Claude Shannon. La préhistoire d'Unix, cinquième partie

J'écris cet article dans une maison située à la périphérie de la capitale argentine. Lorsque vous l'aurez terminé, vous voyagerez à travers des kilomètres de fibre optique jusqu'à la station balnéaire de Las Toninas où un câble souterrain vous conduira sous l'Atlantique par le chemin le plus rapide jusqu'aux serveurs espagnols de LinuxAdictos. Une fois publié, un passager d'un bus à Madrid peut le lire sur son smartphone et un patient assis dans la salle d'attente d'un dentiste à Mexico sur sa tablette. Il est possible que le premier l'aime tellement qu'il appellera sa mère pour lui demander de le lire, tandis que l'autre le trouvera tellement mauvais qu'il mettra en ligne une vidéo sur Instagram disant à quel point il le déteste.

Le rôle des Bell Labs

La plupart des technologies impliquées dans le processus, à partir du moment où j'ai allumé l'ordinateur pour écrire l'article, jusqu'à ce que le Mexicain appuie sur le bouton pour télécharger sa vidéo, ont été créées, améliorées ou inspirées du travail d'une seule institution. Laboratoires Bell.

Financés par une petite redevance sur les factures de téléphone du monopole des communications AT&T, Bell Labs a réuni certains des meilleurs physiciens, mathématiciens, chimistes, ingénieurs et autres spécialistes dans des disciplines pour améliorer ou étendre le service technologique.

Bien que ce qui justifie cette série d'articles C'est l'invention d'Unix, le système d'exploitation dont se sont inspirés Linux, FreeBSD et macOS, les transistors, les réseaux de communication mobile cellulaire et la technologie CCD pour la capture d'images numériques en sont également issus. Il est vrai qu'ils n'ont pas vu le potentiel des microprocesseurs, mais l'invention de ceux-ci aurait été impossible sans les recherches préalables des laboratoires sur les matériaux semi-conducteurs.

Bien que les Bell Labs aient travaillé avec des mécanismes similaires à ceux des communautés du logiciel libre et que la plupart des inventions soient le résultat de la collaboration de plusieurs personnes, sa plus grande réussite a peut-être été une contribution individuelle. Et, ce n'est pas une technologie mais une théorie. Permettez-moi de vous présenter M. Claude Shannon.

M. Claude Shannon

Fils d'un marchand et juge d'une ville rurale et d'un directeur d'école, il grandit en assemblant et désassemblant des appareils. Sa carrière dans le monde des communications a commencé à construire un télégraphe. Dès le premier instant, ses professeurs le classeront comme un scientifique de grand talent et, des années plus tard, Albert Einstein lui-même le classera comme « brillant ».

Le premier jalon de l'histoire que nous racontons est lorsque M. Claude Shannon, sur le point de terminer ses études de premier cycle à l'Université du Michigan, voit une annonce appelant à des opérateurs pour l'« analyseur différentiel » du MIT.

Considéré comme l'un des premiers ordinateurs analogiques, l'analyseur différentiel occupait une pièce entière et devait être actionné par plusieurs personnes. Il était capable de résoudre des problèmes mathématiques complexes à une vitesse supérieure à celle de n'importe laquelle des alternatives de l'époque. La machine consistait en un circuit de commutateurs électroniques qui contrôlaient des ensembles de tiges, de poulies, d'engrenages et de disques rotatifs, que les opérateurs devaient constamment manipuler pour faire correspondre les valeurs d'un problème numérique. Ce qui est amusant, c'est que l'analyseur a donné la réponse en écrivant avec un crayon mécanique sur du papier quadrillé.

Fasciné par la machine, Shannon s'intéresse aux relais électromécaniques de son circuit de commande. Il s'agissait d'interrupteurs magnétiques qui s'ouvraient ou se fermaient lorsqu'un courant était appliqué ou coupé. La position ouverte ou fermée des relais pourrait représenter une réponse oui ou non à une question. En outre, une chaîne de relais pourrait se ramifier dans une direction logique représentant les alternatives « ET » ou « OU » en fonction des positions ouvertes ou fermées.. De cette façon, vous pourriez répondre à un problème compliqué ou exécuter un ensemble complexe de commandes.

Travailler avec l'analyseur différentiel a donné à Shannon le germe d'une idée pour une nouvelle façon de concevoir et d'utiliser ces circuits grâce à l'application de l'algèbre booléenne.

Sujet qui restera pour le prochain article

La préhistoire d'Unix
Article connexe:
La préhistoire d'Unix et le rôle des Bell Labs
Rassembler scientifiques et ingénieurs
Article connexe:
Rassembler scientifiques et ingénieurs. La préhistoire d'Unix. Partie 2
Les tubes à vide
Article connexe:
Les tubes à vide. La préhistoire d'Unix partie 3
L'arrivée du transistor
Article connexe:
L'arrivée du transistor. La préhistoire d'Unix, quatrième partie

Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.