Les téléchargements sont de retour. Quelques programmes pour Linux

Vieille télévision

L'insistance sur des pratiques obsolètes dans l'industrie de la distribution de contenu peut nous ramener à l'époque de la télévision ouverte.

Quelqu'un a dit que l'homme est le seul animal qui trébuche deux fois sur la même pierre. Ou, comme le dit très bien Quino dans le dessin animé de Mafalda, plus qu'un animal d'habitude, l'homme est, comme d'habitude, un animal. L'industrie de la production de contenu audiovisuel avait trouvé avec le streaming un excellent moyen de réduire les pratiques de partage de contenu de manière non autorisée. Mais, ils ont dû tout gâcher.

Les téléchargements sont de retour (c'est vrai, ils n'ont jamais complètement disparu, mais ils ont pas mal diminué)Dans ce post, je vais expliquer les causes et lister quelques programmes pour les faire sous Linux

Une précision, je ne recommande en aucun cas l'utilisation de ces programmes pour télécharger du contenu protégé par des droits d'auteur. Déjà à un autre élément J'ai énuméré quelques sites où du matériel du domaine public peut être obtenu. En fait, je le déconseille fortement. Pas pour des raisons juridiques, mais dans l'espoir qu'une fois pour toutes, ils apprennent que plus personne ne veut du statu quo.

Pourquoi les téléchargements sont-ils de retour ?

iCarly était une émission sur la chaîne pour enfants Nickelodeon. Il racontait les aventures de trois adolescents qui réalisaient une émission pour le web. Dans l'épisode iCarly sauve la télévision, il est raconté comme un cadre de télévision traditionnel, désespéré parce que même sa propre fille ne voit pas le programme pour enfants qu'il produit, il les embauche.

Le problème est qu'au lieu de les laisser faire ce qu'ils savent, cela les oblige à faire les mêmes choses qui ont été faites dans le programme que personne n'a vu. Et, avec le même résultat. À la fin, les trois garçons se font virer et retournent sur le Web.

Et c'est une bonne description de la manière dont agissent les producteurs de contenus audiovisuels traditionnels. Je laisse de côté les maisons de disques et les éditeurs qui semblent pour l'instant avoir compris les règles du jeu.

L'ascension et la chute du streaming

Netflix est né de l'évolution d'un service de location de DVD. C'était comme s'il était tombé du ciel pour ceux d'entre nous qui en avaient marre des sous-titres Google Translate, des images miroir ou des images mal enregistrées de l'écran de cinéma.. Sans parler du temps de téléchargement. Avec un catalogue de films traditionnels, de séries populaires et de quelques productions internes, cela nous a également permis de découvrir du matériel provenant de sources non traditionnelles.

Ensuite, Amazon Prime, propriété de la boutique en ligne la plus populaire, a été ajouté. Avec beaucoup de son propre contenu, il ajoutait beaucoup de matériel qu'il était impossible de voir sur Netflix. YouTube a eu un bref flirt avec le contenu original, mais son point fort était la location et la vente, mais sa tentative de service d'abonnement n'a pas abouti.

Voyant le succès des deux premiers, les producteurs de contenus ils ont décidé d'imiter le propriétaire de la poule aux œufs d'or et chacun lance son propre service de streaming, atomisant le marché et obligeant l'utilisateur à payer plusieurs plateformes pour voir l'infime pourcentage du catalogue de chacune qui l'intéresse vraiment.

L'utilisateur a fait ce qui était attendu, il est resté avec la plate-forme qu'il a déjà payée et obtient le contenu des autres. par téléchargement direct ou P2P.

Il y avait une solution évidente, vendre en gros des abonnements pour permettre l'émergence d'intermédiaires qui pourraient commercialiser des systèmes d'abonnement flexibles. Mais, ils ont choisi de retourner dans le passé.

Netflix et ses concurrents vont commencer à expérimenter des abonnements gratuits financés par la publicité. Oubliant que les annonceurs délaissent la publicité traditionnelle car elle ne vend plus.

Ce n'est qu'une question de temps avant qu'ils ne nous proposent un "nouveau service de streaming qui ne nécessite pas de connexion Internet". Toute ressemblance avec la télévision diffusée à l'époque de nos parents n'est pas fortuite.

Quelques programmes de téléchargement à utiliser sous Linux

  • Amulette: Client P2P pour les réseaux eD2K et Kademlia. Il a le catalogue le plus complet, mais pas aussi actuel. je recommande la lecture les commentaires de lecteurs à mon article.
  • WebTorrent : Il vous permet de télécharger et de visualiser le contenu du réseau Torrent. Il est disponible en tant que client pour Le bureau ou en tant que plugin d'un navigateur. Il est intégré dans navigateur courageux.
  • Mégaoutils : Utilitaires pour le terminal qui permet de télécharger et de visualiser des fichiers stockés dans Mega.nz. Il se trouve dans le référentiel de certaines distributions Linux.
  • youtube-dl: Outil pour le terminal qui permet le téléchargement de vidéos depuis Youtube et Beaucoup d'autres sites d'hébergement vidéo. C'est dans les dépôts.

 

 

 

 


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.