Programmes MacOS sur Linux ? Avec Darling, c'est possible.

Programmes MacOS sur Linux ?

Au fil du temps, ilLes différences entre les systèmes d'exploitation deviennent sans importance. Les machines virtuelles, conteneurs et autres technologies nous permettent d'utiliser chaque jour plus de titres de nos programmes préférés même s'il n'a pas de version pour notre système d'exploitation.

Wine, l'outil qui sert d'interpréteur entre le noyau Linux et les applications Windows, existe depuis longtemps. Récemment, nous avons également un outil pour les programmes macOS.

Programmes MacOS sur Linux ? Avec Darling c'est possible

Darling remplit une fonction similaire à celle de Wine avec les programmes Windows, sauf qu'il n'a aucun complexe à se définir comme un émulateur. Ce qu'il fait, c'est agir comme un traducteur permettant aux programmes macOS de s'exécuter à l'aide de ressources Linux. Le nom Darling (Dear) est la première partie du nom du noyau macOS (Darwin) et les 3 premières lettres de Linux. Je suppose que le G final est de construire un mot facile à mémoriser.

Il faut dire que les développeurs Darling trouvent cela plus facile que les développeurs Wine. Ils n'ont pas à faire d'ingénierie inverse ou à réinventer quoi que ce soit puisque ils sont basés sur les parties de Darwin qui sont sous licences ouvertes. Darling lui-même est distribué sous licence GPL.

Chéri de départ

Le programme n'a pas d'interface graphique. On le lance depuis le terminal avec la commande :
darling shell
En le tapant, Darling créera un répertoire racine virtuel ou se connectera à un répertoire existant. Il chargera également les modules du noyau et construira le système de fichiers virtuel où nous exécuterons les programmes.

À partir de la ligne de commande, nous pouvons accéder à deux types de systèmes de fichiers : le macOS traditionnel qui comprend des répertoires de premier niveau tels que / Applications, / Utilisateurs et / Système, entre autres. Par contre, on retrouve le système d'exploitation hôte dans une partition appelée / Volumes / Racine système

Nous pouvons vérifier le noyau avec la commande suivante :
uname
Et découvrez la version de macOS avec :
sw_vers
Nous avons quitté le terminal avec
exit
Et nous éteignons le conteneur avec :
darling shutdown

Installation de programmes

Si vous utilisez Linux en dual boot avec macOS et que vous souhaitez exécuter l'un des programmes que vous avez installés sur la partition Mac, vous pouvez le faire avec la commande :
/Volumes/SystemRoot/run/media/usuario/Macintosh HD/Applications/nombre_app.app)
De nombreux programmes macOS sont livrés au format .dmg. Pour les installer dans Darling nous faisons :
Darling [~]$ hdiutil attach Downloads/aplicación.dmg
/Volumes/aplicacion
Darling [~]$ cp -r /Volumes/aplicación/aplicación.app /Applications/

Dans le cas d'applications stockées dans des fichiers compressés, nous le décompressons et le copions dans le dossier / Applications. La même chose avec les applications précédemment téléchargées depuis l'App Store.
Enfin, nous avons les applications .pkg, le format de package natif de macOS. Ce format implique l'exécution de scripts lors de l'installation. Pour les utiliser, nous devons faire :
Darling [~]$ installer -pkg aplicación.pkg -target /
Nous pouvons désinstaller les programmes avec :
uninstaller nombre_del_paquete
Nous devons comprendre que si Darling fonctionne très bien avec les applications en ligne de commande, il n'a que des fonctionnalités très limitées pour ceux qui ont besoin d'une interface graphique.

Installation chérie

Si vous utilisez Debian ou ses dérivés, l'installation de Darling ne pose pas de problème majeur. Il suffit de taper les commandes :

sudo apt install gdebi
sudo gdebi darling-dkms_X.X.X.testing_amd64.deb
sudo gdebi darling_X.X.X.testing_amd64.deb

Remplacez le X par le numéro de version des packages que vous allez télécharger d'ici

Dans d'autres distributions vous devrez le compiler ce qui nécessite un espace disque de 10 Go et 1 Go pour l'installation. De plus, vous devez préalablement installer les dépendances pour votre distribution. Vous pouvez les vérifier dans la documentation

Nous téléchargeons les fichiers nécessaires avec :

git clone --recursive https://github.com/darlinghq/darling.git

Vous devrez peut-être installer le package git.
Nous vérifions s'il existe une nouvelle version (uniquement si vous avez téléchargé il y a longtemps)
git pull
git submodule init
git submodule update

Nous procédons à la compilation

  1. Nous allons dans le répertoire où nous téléchargeons avec cd darling
  2. Nous créons un répertoire de travail avec mkdir build
  3. Nous passons à ce répertoire avec cd build
  4. On configure avec la commande cmake
  5. Nous construisons avec la commande make
  6. Nous installons avec sudo make install

Nous allons avoir besoin d'installer un module de noyau. On le fait avec les commandes :
make lkm
sudo make lkm_install


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

4 commentaires, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   Image de balise Diego Vallejo dit

    Instructions de construction erronées, impossible d'installer Darling.

    1.    Diego allemand Gonzalez dit

      As-tu installé les dépendances nécessaires ?
      Ici, ils vous disent ce qu'ils sont
      https://docs.darlinghq.org/build-instructions.html

  2.   Leonardo Ramírez Castro dit

    Les salutations. Quels programmes peuvent être installés, pour donner quelques exemples ?

    1.    Diego allemand Gonzalez dit

      Je ne connais pas grand-chose à Apple et aucun exemple n'est donné sur le web.
      Toute personne s'exécutant sur la ligne de commande