Financement du logiciel libre « Putting was the oie »

Financement de logiciels libres

Si vous êtes argentin et que vous avez plus de 40 ans, vous avez sans doute compris la référence du titre, popularisé par un programme de bande dessinée des années 80. Mais, comme vous ne l'êtes probablement pas, Permettez-moi de préciser que nous ne parlons pas des habitudes de reproduction des oies.

À la fin du XIXe siècle, dans une ville de la côte argentine, un candidat à une fonction publique a fondé sa campagne sur le paiement de boissons aux personnes fréquentant la pulpería (taverne) locale. Les paroissiens ont accepté l'invitation, mais n'ont pas hésité à exprimer au candidat leur opinion sur ses capacités intellectuelles en l'appelant « l'oie ».

Au moment de payer l'addition, on entendait en chœur «Mettre l'oie, c'était lui indiquer qu'il devait sortir son portefeuille.

Métaphoriquement, c'est ce que certains projets de logiciels libres et open source disent aux utilisateurs.

Financer des logiciels libres Pourquoi devriez-vous payer ?

Cette semaine, l'endroit de création et de distribution de torrents de programmes open source Foss Torrents, a annoncé sur son compte Twitter :

Pour la même raison que nous ne distribuons pas Elementary OS, nous arrêterons de distribuer Linux Lite.

Nous ne sommes pas en concurrence avec un modèle « Payez ce que vous voulez ». Leur équipe travaille très dur pour vous offrir la meilleure distribution possible et ils méritent au moins une récompense pour tous leurs efforts.

Plus bas dans le même fil, ils ajoutent

Si nous avons créé un torrent pour Elementary OS ou Linux Lite, le les gens l'utiliseraient pour télécharger et (probablement) ne feraient pas de don à ces projets. Cela nuirait vraiment aux projets, et même à nous à l'avenir.

Et, pour clarifier votre position :

Nous sommes là pour promouvoir des projets de logiciels libres, pas pour gagner de l'argent dans votre dos.

Cependant, tout le monde n'est pas d'accord quand il s'agit de Linux Lite. Au un commentaire sur le blog, le lecteur se faisant appeler « Jetas » marque une nuance que je trouve intéressante :

Encore un profiteur qui veut être payé, quand le travail est fait par d'autres. Puisqu'il s'agit d'une distribution basée sur Ubuntu, il fait juste un lifting et il pense qu'il a le droit de facturer, tout comme les jetas os élémentaires, également basés sur Ubuntu, je lui fais un lifting et vous charge. Je ne vois pas mal qu'ils veuillent faire payer une distribution, mais pas pour une distribution que la base en fait une autre et vous ne faites qu'un lifting. Ceux de Solus OS par exemple, pourraient parfaitement le facturer, car il n'est basé sur aucun autre, ils l'ont fait tout neuf et ont même inventé leur propre bureau, dans ces cas là si je vois normal qu'il soit facturé pour une distribution, car c'est fait de zéro et ça a un curre que tu ne me vois pas. À mon avis, quiconque facture une distribution basée sur Ubuntu, devrait donner 80% de la facturation qu'ils prennent à canonical, car c'est la seule qui a le mérite que ces distributions faites par jetas fonctionnent.

Til n'y a pas non plus de pénurie d'utilisateurs qui refusent de payer pour tout projet open source s'il existe un moyen de l'obtenir gratuitement.

Bien sûr, les lecteurs ne manqueront pas pour suggérer qu'avec le même argument, Canonical devrait faire don d'une partie des bénéfices d'Ubuntu à la Fondation Debian. D'une certaine manière, c'est le cas. Comme on m'a fait remarquer pas très gentiment dans une liste de diffusion d'échange utilisateur / développeur Ubuntu lorsque je lui ai suggéré de passer à Devuan, la plupart des développeurs rémunérés de Canonical sont des développeurs Debian bénévoles.

Bière et libre expression

À ce stade, je remarque que je vais prendre la licence pour utiliser des logiciels libres et open source comme synonymes, même si, comme la plupart des lecteurs, je comprends clairement la différence.

Je pense que c'est Jorge Luis Borges qui a dit que William Shakespeare était un bien meilleur écrivain que Miguel de Cervantes Saavedra. Il a donné comme argument qu'il avait dû réussir à écrire son travail avec une langue beaucoup plus pauvre.

Une grande partie de la confusion parmi de nombreux utilisateurs (et je soupçonne leur refus de payer) provient de le fait qu'en anglais le même mot soit utilisé pour "free" et "free"

Pour dissiper la confusion, les communautés FOSS ont inventé deux métaphores :

  • Libre comme dans une bière : Contenu auquel vous accédez gratuitement mais que vous ne pouvez consommer que dans les conditions établies par le propriétaire.  Le cas le plus connu est le lecteur de pdf Adobe Reader.
  • Libre comme dans la liberté d'expression : Vous avez une totale liberté dans ce que vous faites avec le contenu, sauf pour empêcher les autres de faire de même.

Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

3 commentaires, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   roberto dit

    Bonjour, particulièrement en tant qu'Argentin, il m'arrive que presque tous les projets vous facturent en crypto-monnaies ou par pay pal... ce n'est pas très convivial, disons, mettre un CBU commun et actuel d'une banque.

    1.    Diego allemand Gonzalez dit

      Je pense que le problème, c'est nous et non les projets.
      La seule alternative pour envoyer des fonds à Paypal depuis des banques argentines facture des commissions très chères et, envoyer vers un compte bancaire étranger en utilisant IBAN (Le CBU des banques internationales) nécessite beaucoup de bureaucratie.

  2.   ja dit

    A chaque fois que j'en ai eu l'occasion j'ai payé pour linux, en achetant les distributions opensuse avec son manuel, je comprends que tous ceux qui pensent que logiciel libre = gratuit n'ont pas de problème avec l'anglais.
    Ce sont ceux qui préfèrent les fenêtres pirates qui fulminent sur les fenêtres, si vous n'en voulez pas, ne l'utilisez pas, s'ils pensent que sans fenêtres il y aurait l'informatique comme maintenant, avec tout son clair-obscur, ils sont confus.
    Je suppose que tous ceux qui refusent de payer, aimeraient aussi travailler gratuitement, s'il vous plaît, si quelqu'un décide de ne faire qu'un papier peint, et y met un prix, c'est à moi de le payer et de l'utiliser, ou de ne pas l'utiliser, le contraire est de profiter du travail des autres.
    Que si avec le drapeau du logiciel libre