La disparition d'Internet Explorer. Pourquoi n'est-ce pas une bonne nouvelle ?

Page de téléchargement de Microsoft Edge

Microsoft Edge est le premier navigateur de Microsoft avec une version Linux.

Loin d'être une bonne nouvelle, la disparition d'Internet Explorer appauvrit les options des utilisateurs lorsqu'il s'agit de choisir comment naviguer. Une chose sont les normes Web, convenues par tous les participants du réseau, et une autre est les normes de facto imposées par qui contrôle certains des services Web les plus populaires et la moitié du marché des appareils mobiles.

Il ne s'agit pas de défendre Microsoft, dans le article précédent nous avons vu qu'il n'était pas retranché lorsqu'il s'agissait d'imposer sa participation au marché. Mais corsque les utilisateurs, la concurrence et les régulateurs ont forcé l'entreprise à produire une nouvelle version plus respectueuse des standards du web, les pratiques monopolistiques de Google l'ont forcée à abandonner son travail et devenir l'une des entreprises obligées d'utiliser la base de code Chrome.

Comment s'est passée la disparition d'Internet Explorer

Le succès durable de Windows XP et l'échec de Windows Vista signifiaient qu'Internet Explorer 8, inclus avec Windows 7, devait être compatible avec trois systèmes d'exploitation.

Certaines de ses fonctionnalités sont la barre de favoris, le mode de navigation privée et la protection pour que lorsqu'un onglet est bloqué, cela n'affecte pas la navigation des autres.

L'année 2011 n'a pas non plus été l'année de Linux sur les postes de travail, mais elle a marqué une étape importante dans l'abandon croissant (et forcé) du comportement monopolistique de Microsoft et de son approche des standards du web et de l'open source.

Internet Explorer version 9 prenait en charge plusieurs composants HTML 5, une prise en charge améliorée des feuilles de style et un moteur Javascript plus rapide.

Dans d'autres nouvelles, il comprenait une interface utilisateur repensée et une protection en couches contre les logiciels malveillants.

Cela faisait également partie des efforts de Microsoft pour tuer Windows XP car il n'était pas compatible avec cette version.

D'Internet Explorer 10, il y a très peu de choses à dire. Il a été conçu pour correspondre à la nouvelle interface Windows 8 et, en reconnaissance de l'échec de la technologie Silverlight, incluait la prise en charge d'Adobe Flash.

L'interface de Windows 8 n'était pas du goût de tout le monde. Microsoft a publié une version repensée connue sous le nom de Windows 8.1. Ce Windows a apporté la dernière version d'Internet Explorer. Il offrait un support pour les écrans haute résolution. Il est venu prendre en charge HTTP / 2.13 et SPDY, il était compatible avec Flexbox et les bordures d'image dans les feuilles de style, les API cryptographiques et le contenu multimédia crypté. De plus, il a montré les sous-titres dans les vidéos, des améliorations dans l'exécution de Javascript et des outils de conception Web renouvelés.

Dernière bataille et reddition

Alors que la nouvelle que Windows 10 serait devenue connue, Microsoft surpris tout le monde avec l'annonce de Project Spartan, un tout nouveau navigateur qui serait plus rapide et intégré à l'assistant Cortana.

Ce projet serait connu, une fois Windows 10 sorti, sous le nom de Microsoft Edge. Edge n'était compatible avec aucune autre version de Windows.

Mais, il était déjà tard. Edge n'a jamais décollé et Microsoft a jeté l'éponge.

À l'époque, Redmond accusait Google d'aggraver artificiellement les performances de ses services lorsqu'ils étaient accessibles depuis un navigateur Microsoft. Que ce soit vrai ou non, etIl était impossible d'accéder au navigateur, à Gmail ou à Documents sans se heurter à l'offre de téléchargement de Chrome et à la promesse d'améliorer l'expérience utilisateur notamment. Et, en effet, ça l'était. Google s'en est occupé.

En 2018, à l'instar d'Opera et de Vivaldi, Microsoft a annoncé que la prochaine version d'Edge serait basée sur Chromium, la base open source de Chrome. L'époque où la part de marché d'Internet Explorer était si importante que l'Union européenne a forcé Windows à inclure l'option de choisir le navigateur par défaut est révolue.

Avec le changement de base de code est venue la première version d'un navigateur Microsoft pour Linux. En fait, Microsoft a proposé Internet Explorer sous la forme d'une machine virtuelle pour les développeurs, mais ce n'est pas la même chose.

C'est en tout cas une piètre consolation pour le nouveau et, pire encore, le quasi-monopole que connaît le développement web. Une seule entreprise décide ce que les utilisateurs peuvent utiliser ou non. Et c'est trop de pouvoir.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

5 commentaires, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   Génie dit

    Je n'ai jamais été d'accord avec les monopoles. Chrome est sur le marché depuis tant d'années, qu'il y a eu beaucoup de temps, pour que quelqu'un sorte avec un autre meilleur navigateur et personne ne l'a fait, est-ce impossible ? détrôné par Chrome, à cause d'un monopole ? que non, le monopole à l'époque était Internet Explorer, alors pourquoi Chrome l'a-t-il renversé ? Eh bien, parce que c'était un bien meilleur navigateur, point ball, ce n'est pas un monopole, c'est avoir deux c * jones pour savoir comment faire les choses, depuis que Chrome a désinstallé IE, regardez si les années ont passé, parce que personne n'a eu le sacré c * jones de publier un navigateur qui désinstalle Chrome et qui n'est pas un monopole, qui ne sait pas faire les choses, car tout comme IE était censé être un monopole et est tombé amoureux de Chrome, la même chose pourrait arriver à Chrome, point ball. Avec Microsoft pareil, pourquoi ne sort-il pas un système d'exploitation qui détrône Windows ? Impossible ? Non, loin de là, mais comme ils n'ont pas les c*jones pour le faire, il est plus confortable de l'appeler un monopole. Claro ejemplo Android, que domina el mercado de los móviles, 8 de cada 10 móviles en el mundo son Android, ¿también es monopolio?, pues no, puede venir cualquiera y sacar un SO nuevo para móviles que desbanque a Android, solo que no ils le font. Donc tout s'appelle un monopole et ils en ont tellement marre et pour moi ce ne sont pas des monopoles, ce sont des génies. Du jour au lendemain, Chrome a conquis le monde entier, offrant d'excellents produits d'une qualité énorme et pour moi ce n'est pas un monopole, c'est d'être un génie.

    1.    miguel rodríguez dit

      Monopole : c'est un privilège légal dans lequel il y a un producteur ou un agent économique (appelé monopoliste) qui a un grand pouvoir de marché et qui est le seul dans une industrie donnée qui a un produit, un bien, une ressource ou un service spécifique et différencié.

      Le problème est que des entreprises comme Google sont qualifiées de monopole car depuis qu'elles proposent leur navigateur, elles ont fait tout leur possible à travers les services que vous proposez tels que Google Search, Gmail, Google Workspace, etc… pour rendre ces services plus compatibles avec votre navigateur que le reste de la compétition. Dans la mesure où les gens ont commencé à utiliser davantage les services de Google par commodité, puisqu'ils incluent essentiellement les mots de passe, les signets, les addons, les photos, le travail de bureau, le moteur de recherche, le courrier électronique, etc... Et que ces services s'affichaient et fonctionnaient mieux dans Chrome que dans la concurrence, car Google garde fermé le code des modifications qu'il apporte normalement à ses services, provoquant des échecs subtils mais gênants qui se produisent pratiquement du jour au lendemain dans d'autres produits de la concurrence entre les navigateurs Internet. Une partie de ce dont je me souviens, un article a déjà été fait dans linuxaddicts.

      En revanche, en ce qui concerne les systèmes d'exploitation, ce n'est pas que Windows ou Android soient meilleurs, mais que les entreprises derrière ces systèmes pour PC et Mobile, comme Microsoft et Google respectivement, passent des contrats, où l'accord oblige les parties concernées à accéder , c'est-à-dire au privilège d'avoir la documentation nécessaire pour les pilotes de l'équipement (qu'il s'agisse d'un PC ou d'un Mobile respectivement selon le système), cela signifie que d'autres développements tels que Linux doivent lutter pour créer des pilotes libres (basés en testant chaque appareil, en interprétant leurs signaux analogiques pour les convertir en code machine) pour fonctionner ou jusqu'à ce que le fabricant de ces composants les libère (lorsqu'ils ne sont plus contraints par contrat).

      Alors oui, il y a un monopole, non, il ne s'agit pas de médiocrité, encore moins d'un manque de génie, ce n'est pas d'un manque d'intérêt à renverser ces monopoles, ce n'est pas un hasard, encore moins pour le loisir ou la mode ou l'amusement qui il y a des mouvements au profit du Logiciel Libre, de l'Open Source et même de l'Open Hardware. Étant ce dernier le plus en couches par rapport aux deux premiers cités, c'est Le Privilège qui s'obtient par la Force de l'État car c'est cette entité qui fournit "La Loi", c'est que cette classe de problèmes et de situations est rendu licite.

  2.   rv dit

    C'est un peu insolvable que les "Linux Addicts" prennent la défense de Microsoft et de son horrible navigateur qui (d'abord et avant tout) est un logiciel propriétaire. Nous, utilisateurs de logiciels libres, ne nous soucions pas du massacre constant entre capitalistes qui n'ont même pas la délicatesse de publier le code source (copyleft) produit par leurs employés exploités. Hier Microsoft avait le monopole, aujourd'hui Alphabet, demain N'importe quoi.
    Il est vrai qu'un oligopole n'est pas égal à un duopole en cela égal à un monopole. Mais du domaine du logiciel propriétaire, ils s'occupent de leurs affaires, du domaine du logiciel libre, nous devons nous occuper des développements libres.
    En tant que nouvelle informative, l'article est bien, mais à partir de là, dire que "la disparition d'Internet Explorer appauvrit les options des utilisateurs au moment de choisir comment naviguer" semble un peu exagéré. Justement avec les logiciels propriétaires il y a très peu de choses que l'on puisse "choisir comment naviguer", sans compter tous les abus de Microsoft envers ses utilisateurs.
    salutations

    1.    Diego allemand Gonzalez dit

      1) Linux Addicts ne défend rien. Pour quelque chose les articles sont signés.
      2) Quand avez-vous été élu arbitre de ce qui devrait ou ne devrait pas intéresser les utilisateurs de logiciels open source ?
      3) À l'exception de Firefox et de certains dérivés, tous les navigateurs open source ont opté pour Chromium. Qu'il y ait une alternative, même si elle est exclusive, vaut mieux que pas d'alternative.

      1.    rv dit

        Ça va,

        1) Cela me semble une zone grise / discutable. Si Linux Adictos publie quelque chose qui produit une réaction légale, peu importe si l'article est signé par quelqu'un en particulier, il y aura une responsabilité partagée, entre autres parce que chaque média a ce qu'on appelle une ligne éditoriale, etc. Mais bon, il convient de préciser qu'il ne s'agit pas d'une position de Linux Addicts mais exclusive à l'éditeur de la note.
        2) Je suppose que c'est une question rhétorique, je comprends qu'il n'est pas nécessaire d'y répondre.
        3) Pour commencer, que l'alternative à un logiciel propriétaire soit un autre logiciel propriétaire, d'un certain point de vue, cela équivaut à ce qu'il n'y ait pas d'alternative (c'est comme avoir à choisir entre être frappé avec un fouet ou un élastique ...), mais, plus important encore, vous venez vous-même de souligner qu'*il ​​existe déjà une alternative* (Firefox et dérivés), donc non seulement il n'y a pas lieu de défendre les "alternatives" propriétaires, mais il est plus logique de pousser de vraies alternatives gratuites, comme c'est le cas avec Firefox, SeaMonkey, PaleMoon, WaterFox, surf, Falkon, Konqueror, Epiphany/Web, eolie, Tangram, qutebrowser, … En gros tous ceux qui sont basés sur Gecko, Qt/WebKit/GTK, etc., c'est-à-dire des moteurs qui ne sont pas Blink.

        Là, vous pouvez voir trié par 'moteur de mise en page' : https://en.wikipedia.org/wiki/Comparison_of_web_browsers#General_information

        Ici aussi: https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_web_browsers#Graphical

        Salutations!