L'évolution de la distribution de logiciels

L'évolution de la distribution de logiciels a été rendue possible par Internet

En 2011, ignorant mon propre conseil de ne jamais faire de prédictions sur la technologie, j'ai écrit un article sur le cloud computing dans le magazine aujourd'hui disparu Linux+DVD. ETn il a déclaré que l'évolution de la distribution de logiciels allait définitivement vers le cloud.

Bien que les choses n'aient pas été aussi rapides que les experts et moi le pensions, le cours semble inévitable. D'autant plus si la mode d'intégrer l'intelligence artificielle dans tous les logiciels écrits ou à écrire finit par devenir une tendance.

Malgré le retard dû à la pandémie, c'est l'industrie elle-même qui semble freiner le changement définitif de paradigme. Les appareils compatibles avec le cloud comme le Chromebook sont difficiles à réparer et deviennent rapidement obsolètes. Les alternatives bon marché, connues sous le nom de Cloudbook, sont de véritables Frankenstein dans lesquels le matériel est combiné avec des versions de Windows trop lourdes pour eux. Et le prix des tablettes haut de gamme ne les justifie pas en remplacement du PC.
Je ne pense pas qu'il y ait une résistance au changement de la part de l'utilisateur moyen.L'utilisation continue des smartphones les a habitués à une interaction permanente avec le cloud.

Évolution de la distribution de logiciels

Au début de l'industrie informatique, les entreprises ne vendaient que du matériel. Les utilisateurs écrivaient eux-mêmes le logiciel dont ils avaient besoin à l'aide de cartes perforées.

Au fur et à mesure que les ordinateurs devenaient plus petits et plus accessibles, les amateurs ont commencé à écrire leurs propres programmes. et partagez-les. Les langages de programmation tels que Basic sont devenus populaires, ce qui, en utilisant des mots de la langue anglaise, a permis le développement d'applications sans avoir besoin d'apprendre le code machine ou des langages plus complexes.

Lorsque les ordinateurs sont devenus populaires en dehors du cercle des amateurs d'informatique, des utilisateurs sont apparus qui ne voulaient pas ou ne pouvaient pas écrire leur propre logiciel et étaient prêts à payer pour que quelqu'un d'autre le fasse. Comme il était beaucoup moins cher de payer pour un produit standardisé que pour un produit sur mesure, un modèle de distribution de logiciels basé sur un support magnétique a émergé. L'utilisateur ne payait pas pour le produit physique mais pour le droit de l'utiliser, ainsi est apparu le fameux Contrat de Licence Utilisateur Final. Cet accord établissait dans quelles circonstances le produit pouvait être utilisé.

Chaque fois qu'une nouvelle version sortait, l'utilisateur devait acheter une nouvelle licence pour la mise à niveau ou une nouvelle installation.

Avec l'apparition d'Internet et l'augmentation de la bande passante, le format physique est abandonné, remplacé par les téléchargements depuis les boutiques d'applications (Au fait, ce sont les gestionnaires de téléchargement traditionnels des distributions Linux avec un lifting de Steve Jobs)
Cependant, le modèle de licence reste inchangé.

logiciel en tant que service

Au milieu de la première décennie du XXIe siècle, un nouveau modèle a commencé à prendre forme qui, en réalité, est un retour aux sources. Au début de l'industrie, un utilisateur saisissait des informations dans un terminal qui étaient envoyées au serveur central pour traitement. Le principe du logiciel en tant que service est très similaire.

Avec ce mode, l'utilisateur n'a pas besoin d'avoir installé plus qu'un navigateur prenant en charge Javascript. Le logiciel dont vous avez besoin est installé sur un serveur externe et il en va de même (si l'utilisateur le souhaite) avec les fichiers de travail.

Dans ce cas, l'utilisateur ne paie plus la licence mais l'accès. Cela peut être en échange d'une redevance mensuelle forfaitaire, d'une redevance pour le temps ou pour le nombre d'utilisateurs ou pour les fonctionnalités.

Où est le logiciel libre et open source là-dedans ?
C'est un fait connu que le mouvement du logiciel libre a commencé parce que Richard Stallman a pensé qu'un pilote d'imprimante était de la foutaise, a demandé le code source pour l'améliorer et a été refusé. Au début, son développement a suivi le modèle de licence. Seuls ceux-ci n'ont pas empêché la modification, la copie et la distribution des programmes.

Le passage au modèle Software as a Service s'est fait de deux manières :

  1. double régime : Les entreprises qui proposent leur produit sous forme de service Web et une version communautaire sous des licences gratuites que l'utilisateur peut installer sur son propre serveur.
  2. Applications auto-hébergées : Un projet communautaire propose le code source que l'utilisateur peut installer sur son propre serveur Web et utiliser depuis un autre ordinateur à partir du navigateur.

Dans le prochain article, nous discuterons des avantages des deux modèles et recommanderons des alternatives sur site aux services cloud.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.