L'âge d'or des logiciels espagnols et des logiciels libres espagnols

Les logiciels espagnols ont vécu un âge d'or entre 1983 et 1992, quand en Espagne il y avait un boom où de nombreux développeurs professionnels et amateurs ont vendu leurs propres programmes, en particulier des jeux vidéo pour les machines Spectrum 8 bits. Il semble que les logiciels et l'informatique se sont démocratisés et ont commencé à atteindre les masses, tant de gens ont vu de grandes affaires ici et l'ère du logiciel «made in Spain» a commencé.

Cette étape historique était baptisé l'âge d'or du logiciel espagnol, et a placé l'Espagne, après le Royaume-Uni, comme l'un des plus grands producteurs européens de logiciels, croyez-le ou non. Au cours de cette période, des entreprises ont été créées qui disparaîtraient ou changeraient plus tard avec le saut de l'architecture 8 bits à 16 bits. Certaines entreprises espagnoles à succès de cette époque sont Indescomp, Dinamic Software, Topo Soft, Made in Spain, Opera Soft, Zigurat, Alcachofa Soft, etc.

Mais ce ne sont pas seulement les logiciels propriétaires qui ont une place dans ce pays, et bien que l'âge d'or soit passé, il y a aussi des projets de logiciels libres intéressants, et je ne fais pas simplement référence aux distributions dont nous avons parlé tant de fois et que certaines communautés autonomes se sont développées en profitant des subventions européennes pour ce type de projet et qu'aujourd'hui elles sont peu nombreuses. Il existe également d'excellents exemples de logiciels et même de systèmes d'exploitation fabriqués en Espagne qui sont gratuits, tels que le grand eyeOS de Pau García Milá, un système d'exploitation assez apprécié à l'ère du cloud.

Le site Menéame lui-même est un autre grand projet gratuit, et dans lequel nous sommes parfois apparus en couverture pour des articles très consultés. Mais ils ne sont pas les seuls, peut-être en connaissez-vous aussi d'autres comme KAlgebra et KGeography, des projets éducatifs gratuits. Ils sont rejoints par d'autres programmes de lutte contre les incendies de forêt, des programmes d'accessibilité et bien plus encore. En continuant avec les exemples, on trouve Zentyal, un serveur Linux pour les PME, gvSIG comme système d'information géographique, OpenDNIe pour la technologie électronique DNI, etc.

Vous en savez plus? Laissez vos commentaires ...

 


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

2 commentaires, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   Ashtoroth dit

    Nous vivons maintenant un deuxième âge d'or avec de nouvelles sorties ...

  2.   Jimmy Olano dit

    IL SEMBLE FAIRE de regarder beaucoup plus loin et d'observer que les Espagnols ont fait de GRANDES CONTRIBUTIONS DES BASES de l'informatique: l'histoire n'est pas la mienne, je suis un vieil homme mais pas tellement, mais de «Macluskey» et je cite:

    ---------
    Une curiosité: l'un des premiers moniteurs de télétraitement "sérieux" (antérieur de plusieurs années au CICS d'IBM) était le PCL. L'acronyme PCL signifie Line Control Program (en espagnol, oui), car il a été développé dans le laboratoire IBM de Barcelone, par une équipe dirigée par le néerlandais Rainer Berk, selon les spécifications du client, et travaillant côte à côte avec eux. , et qu'il a été installé pour la première fois à La Caixa d'Estalvis i Pensions, vers pas moins de 1964.

    Ce programme, qui évoluait et s'améliorait au fil des ans, a été utilisé au début dans toutes les banques espagnoles qui ont commencé à faire de petits pas avec leur télétraitement dans les années 1970 et 71, puisqu'il n'a débuté qu'au moins en XNUMX ou XNUMX IBM pour offrir CICS en Espagne (et IMS / DC est plus tard dans cinq ans ou plus).

    Ne vous attendez pas à un lien vers un article Wikipédia parlant de PCL, ou un lien vers tout autre site parlant de PCL… Il n'y en a pas! C'est comme si ça n'avait jamais existé. C'était un jalon espagnol dans l'informatique ... et pratiquement personne ne le sait, ni aucune documentation trouvée, sauf dans la mémoire de quelques vieux rockeurs. Et, bien que pas tellement, il en va de même, par exemple, avec une autre grande innovation espagnole de l'époque (en plus, c'était complètement espagnol): le réseau spécial de transmission de données (RETD), qui était le premier réseau mondial pour la transmission des paquets de données, et sur lesquels l'oubli est également tombé, bien que heureusement Jesús Martín Tardío (ingénieur Telefónica de ces années) ait écrit un merveilleux récit de ce qui s'est passé pendant ces années glorieuses.

    Je ne sais pas si ce sera exclusivement la tradition espagnole d'ignorer (ou pire, de mépriser!) Les bonnes choses qui ont été faites et de magnifier les mauvaises, mais cela se produit sans aucun doute, et il existe de très nombreux exemples.

    ---------

    Vous pouvez lire la suite de l'article (ou goûter à la série complète) dans ce lien {supprimer les espaces, je le mets ainsi pour éviter le «pingback»}:

    ht tp: // le tamis. com / elcedazo / 2009/04/13 / histoire-d'un-vieil-ordinateur-le-chemin-des-bases-de-données-relationnelles /