Red Hat: Interview exclusive pour LxA

Logo chapeau rouge

Nous continuons notre série d'entretiens, cette fois c'est au tour du géant du logiciel libre Red Hat. Une interview exclusive intéressante pour notre blog LxA dans laquelle nous avons eu l'opportunité de interview Julia Bernal, Country Manager de Red Hat pour l'Espagne et le Portugal. Dans celui-ci, nous avons donné un aperçu du monde des technologies open source en général et plongé un peu dans le personnel en termes de Julia Bernal. Si vous ne connaissiez pas cette grande femme, je vous invite à continuer la lecture de notre interview ...

De plus, nous avons également pu faire quelques questions à Miguel Ángel Díaz, appartenant également à la structure Red Hat de notre pays, en particulier Business Development Manager, AppDev & Middleware. Avec lui, nous avons approfondi un peu plus l'aspect technique comme vous pouvez le voir dans les dernières questions de l'entretien. Vous n'avez donc aucune excuse pour ne pas continuer à lire pour en apprendre un peu plus de l'intérieur de cette gigantesque entreprise si importante dans le monde du logiciel libre.

Entretien avec Julia Bernal:

Julia Bernal

Addicts Linux: Dites-nous, qui est Julia Bernal?

Julia Bernal : Je suis de Burgos, né à Roa, j'ai grandi dans une famille qui m'a inculqué la persévérance et la capacité de choisir de décider de mon propre chemin de manière indépendante. Dans cette recherche de mon identité, j'ai trouvé une carrière passionnante telle que l'informatique que j'ai étudiée à l'Université Polytechnique de Madrid. Ce métier satisfait ma curiosité non seulement pour les innovations, mais aussi pour les personnes, les lieux et la possibilité de changer le monde d'une certaine manière grâce à la technologie, aidant et facilitant les organisations à se réinventer chaque jour.

LxA : Quel est votre rôle au sein de Red Hat?

JB: Depuis que j'ai pris la direction de Red Hat en Espagne et au Portugal, j'ai dirigé la stratégie de l'entreprise avec la ferme intention de renforcer notre partenariat avec les clients et les organisations qui s'engagent sur la voie de la transformation numérique.

LxA : Quand et comment avez-vous rejoint l'entreprise?

JB: J'ai rejoint Red Hat en tant que directeur commercial en avril 2016 et sept mois plus tard, j'ai été nommé Country Manager pour l'Espagne et le Portugal. Comme je l'ai mentionné au début, ma motivation a toujours été ma passion pour la technologie et les gens combinée à ma vocation au service des clients. Travailler dans une entreprise comme Red Hat, leader de l'open source d'entreprise, facilite l'application des principes collaboratifs de l'open source au travail en équipe, inspirant et motivant les personnes à l'intérieur et à l'extérieur de l'organisation.

LxA : Question engagée, hahaha. Avant d'obtenir ce poste, avez-vous utilisé une distribution Linux et un logiciel gratuit?

JB: Linux est au cœur des appareils de toutes sortes, sans le savoir vous utilisez Linux tous les jours, dans les environnements de bureau depuis mon passage chez Sun Microsystems j'ai utilisé l'open office et d'autres outils ouverts.

LxA : Quand est né votre intérêt pour la technologie?

JB: Je ne pourrais pas vous dire exactement. Dans ma famille, il n'y a pas eu de trajectoire scientifique ou technologique. Je me souviens juste que lorsque le moment est venu pour moi de choisir un diplôme supérieur, l'informatique a commencé à apparaître comme une carrière nouvelle et innovante, et à ce moment-là, mon frère m'a encouragé à le choisir, ce dont je suis très heureux. Ce que je peux dire, c'est que depuis le premier jour où j'ai commencé à travailler, il y a plus de 25 ans, je ne me suis pas ennuyé un seul jour. C'est une carrière passionnante, dans laquelle j'ai occupé différents postes: j'ai été programmeur, analyste, etc. J'ai suivi une trajectoire très complète en passant par tous les postes du bas aux postes de direction.

LxA : Nous connaissons tous Red Hat, et comme cela se reflète bien sur votre site Web, vous créez des logiciels pour les entreprises sous un modèle open-source, mais quelle est selon vous la philosophie principale de l'entreprise? Quelle essence respirez-vous lorsque vous y êtes?

JB: La philosophie de Red Hat est basée sur la collaboration, la transparence et la liberté de s'exprimer et de faire des erreurs. Ces valeurs génèrent des échanges ouverts, la participation, la méritocratie et la communauté, ce qui permet aux meilleures idées d'émerger, peu importe d'où elles viennent. Dans cet esprit, nous stimulons le travail conjoint des utilisateurs, des clients et des entreprises technologiques du monde entier pour faciliter et accélérer l'innovation. Il s'agit de développement et d'amélioration constants, de partage, d'apprentissage, de perfectionnement et de mise à profit du travail des autres. C'est une forme d'apprentissage collectif, mais c'est aussi un moyen d'accumuler et de partager des connaissances.

LxA : Faire du profit n'est pas une tâche facile pour une entreprise, et Red Hat a également dû se frayer un chemin dans un secteur où la plupart des logiciels sont gratuits. En fait, beaucoup étaient sceptiques quant à la possibilité de gagner de l'argent avec le logiciel libre. Pensez-vous qu'il est particulièrement difficile de maintenir à flot une entreprise dont le principal atout est le logiciel libre?

JB: Red Hat est une société de logiciels d'entreprise avec un modèle de développement open source, qui fait partie de la communauté open source, qui compte des milliers de contributeurs, et aboutit à des produits finis qui ont été essayés, testés et sûrs. Nous sommes impliqués dans de nombreuses communautés open source, développant et perfectionnant les technologies qui composent l'environnement technologique actuel. Du système d'exploitation au stockage, en passant par les intergiciels et les conteneurs, de la gestion à l'automatisation, Red Hat crée des solutions open source avec des certifications, des services et un support pour l'entreprise.
Ce logiciel open source ne nécessite pas de frais de licence, ce qui est un avantage évident lors de l'évaluation du coût de mise en œuvre, ainsi que des économies de développement représentées par une distribution communautaire. Au lieu de cela, notre modèle commercial est basé sur l'abonnement. Un abonnement à Red Hat permet aux clients de télécharger des logiciels d'entreprise testés et certifiés qui leur donnent accès à la documentation technique, à la stabilité et à la sécurité dont ils ont besoin pour déployer ces produits en toute confiance, même dans leurs environnements les plus critiques. Ils reçoivent une assistance technique en permanence. Si vous regardez les résultats financiers de Red Hat, vous pouvez voir que nous réussissons non seulement à maintenir l'entreprise à flot, mais aussi à la développer. Nous venons d'avoir 65 trimestres consécutifs de croissance. Et au deuxième trimestre de l'exercice 2019, nous avons déclaré des revenus totaux de 823 millions de dollars, 14% de plus qu'au cours de la même période de l'année précédente. Le solde des revenus reportés à la fin du trimestre s'élevait à 2,4 milliards de dollars, 17% de plus qu'à la même période de l'année précédente, ou 19% à taux de change constant. Comme l'a commenté notre PDG Jim Whitehurst, l'expansion de notre portefeuille de technologies a accru notre importance stratégique auprès des clients, comme en témoigne le fait que le nombre de transactions a doublé au cours de ce deuxième trimestre par rapport à l'année précédente, le nombre de transactions dépassant le cinq millions de dollars. Les clients continuent de donner la priorité à leurs initiatives de transformation numérique et adoptent les technologies qui permettent au cloud hybride de Red Hat de moderniser leurs applications et d'accroître l'efficacité et l'efficience de leurs activités.

LxA : Et encore plus en ces temps où même les éditeurs de logiciels propriétaires offrent leurs produits gratuitement?

JB: L'open source est vraiment partout (cela se voit, par exemple, dans le succès de Kubernetes pour l'orchestration de conteneurs ou dans Apache Hadoop pour le big data et le système d'exploitation mobile Android) et est le standard de l'innovation et de l'itération rapide de nouveaux services. La croissance et la demande d'open source se poursuivent. Le défi pour les entreprises est de savoir comment ces technologies sont adoptées, mises en œuvre et gérées de manière à ce qu'elles soient stables et sécurisées. C'est là que Red Hat entre en jeu.
Chez Red Hat, nous sommes pleinement engagés dans la communauté open source. Le développement du modèle open source est la clé de notre succès. Nous vendons non seulement des logiciels open source, mais nous contribuons également à des centaines de projets open source qui pilotent ces solutions. Alors que l'open source était initialement considérée comme un moteur de marchandisation et de réduction des coûts, aujourd'hui l'open source est littéralement la source d'innovation dans tous les domaines de la technologie, y compris le cloud computing, les conteneurs, l'analyse de données, les appareils mobiles, l'IoT et plus encore. Cet engagement à contribuer se traduit par des connaissances, un leadership et une influence dans les communautés auxquelles nous participons. Cela se reflète directement dans la valeur que nous pouvons offrir aux clients.

LxA : Je parie que lorsque Bob Young et Marc Ewing ont fondé la société en 1993, ils n’imaginaient pas qu’ils deviendraient désormais une société aussi grande. Peut-être qu'au moment où Red Hat est arrivé, il n'y avait pas tellement de concurrence ... remarquez-vous maintenant une plus grande pression de la part de vos concurrents?

JB: Il est difficile de croire que même les fondateurs de Red Hat auraient pu imaginer toutes les manières dont l'open source (et Red Hat) transformeraient l'industrie technologique. C'est incroyable de voir comment nos clients utilisent des solutions open source pour grandir et réussir, et nous continuons à être inspirés par les innovations émergeant des communautés open source qui façonnent l'avenir de la technologie.
Les tendances technologiques vont et viennent. Au cours des deux dernières années, la tendance est passée de la virtualisation au cloud hybride. Et depuis longtemps, Red Hat a déclaré que l'accent devrait être mis sur les hybrides. Nous pensions que le déploiement dans le cloud devait être hybride et multicloud (un mélange de plusieurs clouds publics), car les entreprises clientes nous ont montré à quel point ils valorisent la variété, la flexibilité, le choix et la sécurité. Nous nous sommes concentrés sur la création d'un large portefeuille avec l'hybride comme clé, en nous concentrant sur la gestion et l'automatisation. Aujourd'hui, l'ensemble du secteur parle de l'hybride comme d'un modèle de calcul prédominant pour la prochaine génération d'applications. Selon Gartner, Inc., «Le paysage de l'adoption du cloud est hybride et multi-cloud. D'ici 2020, 75% des organisations auront mis en place un modèle de cloud hybride ou multicloud ». Et ce sont les clients qui sélectionnent et choisissent où déployer leurs charges. Parallèlement aux tendances, l'environnement concurrentiel est en constante évolution. Par exemple, les conteneurs sont un domaine émergent. Nous avons travaillé dur pour faire des conteneurs et de Kubernetes une technologie prête à l'emploi, flexible et évolutive pour prendre en charge la croissance des charges de travail cloud natives, et suffisamment stable pour les besoins exigeants des entreprises. La plate-forme de conteneur Red Hat OpenShift est conçue pour être notre réponse aux besoins informatiques, pour développer et déployer des applications rapidement et facilement sur n'importe quelle infrastructure, que ce soit le cloud public ou privé. Nos efforts ont été reconnus avec Red Hat OpenShift Container Platform, qui est considéré parmi fournisseurs en tant que "chef de file du pack" The Forrester New Wave (™): Enterprise Container Platform Software Suites, rapport T4 2018. Alors que l'innovation ouverte continue d'être le moteur des grandes tendances technologiques, Red Hat s'engage à rester à l'avant-plan de ce mouvement.

LxA : Cependant, je n'ai jamais été en faveur des monopoles. Je pense que plus la concurrence est féroce et nombreuse, mieux c'est pour le client, car elle oblige les entreprises à créer de meilleurs produits. Vous ne pensez pas?

JB: La concurrence est bonne pour le consommateur. Nous apprécions les options pour nos clients et ils ont de nombreuses options! Nos partenaires et nos concurrents font face à ce nouveau monde. Lorsqu'ils sont le moins capables d'évoluer ou d'offrir un cloud hybride, ils se tournent vers Red Hat. Red Hat vise à fournir la plate-forme commune qui offre une structure stable, cohérente et fiable qui couvre cet environnement hybride, quel que soit le matériel, le service ou le fournisseur sous-jacent. C'est pourquoi les alliances sont si importantes pour nous, nous assurant que notre technologie et celle des autres fournisseurs de l'environnement fonctionnent bien ensemble. Dans nos résultats trimestriels récemment annoncés, au deuxième trimestre de notre exercice 2019, 75% de notre activité provenait du canal tandis que 25% de notre force de vente directe. À titre d'exemple, nous pouvons dire qu'en octobre, nous avons annoncé une collaboration avec NVIDIA pour apporter une nouvelle vague d'innovation autour des charges de travail émergentes telles que l'intelligence artificielle (IA), l'apprentissage en profondeur et la science des données pour les centres de données d'entreprise du monde entier. Le moteur de cet effort est la certification de la principale plate-forme Linux d'entreprise au monde, Red Hat Enterprise Linux, sur les systèmes NVIDIA® DGX- ™. Cette certification fournit une base pour le reste du portefeuille de produits Red Hat, y compris la plate-forme OpenShift Container, qui sera déployée et prise en charge conjointement sur les supercalculateurs NVIDIA AI. Nous travaillons également en partenariat avec nos concurrents, car nous pensons que les problèmes que nous devons résoudre dans les complexités du monde d'aujourd'hui sont trop importants pour une seule entreprise. L'écosystème industriel doit travailler ensemble pour garantir des normes ouvertes et une forte intégration qui aident les entreprises à bénéficier de cette liberté de choix et de cette flexibilité.

Entretien avec Miguel Ángel Díaz:

MIguel Angle Diaz

Addicts Linux: Votre produit principal est RHEL (Red Hat Enterprise Linux). Dernièrement, je constate un intérêt démesuré de la part d'entreprises dans deux secteurs en particulier: la virtualisation et le cloud. Bon, en partie ils vont très main dans la main. Dans votre cas, vous prenez également la distribution RHEL dans cette direction. Certain?

Michel Ange: C'est exact, mais non seulement ce n'est pas que nous conduisons RHEL dans cette direction, c'est que c'est la base sur laquelle ils sont basés. RHEL est le fondement du cloud, pour deux raisons: 1) C'est la distribution Linux qui est la plus installée dans le cloud public dans les machines virtuelles, selon le étude réalisée par le cabinet de conseil Management Insight Technologies et sponsorisée par Red Hat, et 2) est le fondement de notre plate-forme de conteneurs, OpenShift Container Platform. Un nouveau rapport d'IDC positionne Red Hat comme une force motrice Linux sur le marché mondial des environnements d'exploitation serveur et un acteur puissant dans les systèmes d'exploitation serveur en général. Selon le «Worldwide Server Operating Environments Market Shares, 2017», un rapport mondial sur la taille du marché des systèmes d'exploitation serveur du cabinet d'études IDC [2], Red Hat a maintenu une part de 32.7% des environnements d'exploitation de serveurs dans le monde en 2017. Dans le segment Linux, IDC a constaté que l'adoption de Red Hat Enterprise Linux avait augmenté de près de 20% en 2017. Cette croissance est le signe d'une adoption plus large de Linux pour un usage professionnel général. Cela inclut le cloud Red Hat et les plates-formes de virtualisation, telles que Red Hat OpenShift et Red Hat Virtualization. Red Hat Virtualization est une plate-forme de virtualisation basée sur Kernel Virtual Machine (KVM) intégrée à Red Hat Enterprise Linux. Il est conçu pour permettre aux clients de moderniser les applications traditionnelles pour une plus grande efficacité, tout en créant une rampe de lancement pour l'innovation d'applications cloud natives basées sur des conteneurs. La plateforme de conteneurs Red Hat OpenShift est une solution de cloud hybride centrée sur les conteneurs, construite sur différents projets open source: conteneurs Linux, Kubernetes, Elasticsearch-Fluentd-Kibana… et basée sur Red Hat Enterprise Linux. Red Hat OpenShift est conçu pour fournir une base unique pour une construction, un déploiement et une mise à l'échelle plus rapides sur une infrastructure de cloud hybride. Chez Red Hat, nous pensions déjà que Linux, en particulier Linux de niveau entreprise tel que celui proposé par Red Hat Enterprise Linux, fournirait la plate-forme pour l'entreprise moderne. Le rapport IDC indique que cette transition n'est pas sur le point de se produire, mais qu'elle se produit actuellement. Des conteneurs Linux et Kubernetes aux Big Data et aux applications d'apprentissage en profondeur / d'intelligence artificielle, Linux fournit un hub flexible, adaptable et ouvert pour les organisations sur lesquelles elles peuvent bâtir leur avenir. [2] Source: Part de marché mondiale des systèmes d'exploitation et des sous-systèmes, 2017, IDC, 2018

LxA : En fait, vous avez également WildFly (Jboss), pour le nuage en fleurs. Pouvez-vous nous expliquer quels avantages ce projet apporte aux applications?

MA: Le logiciel est devenu un espace clé de différenciation et de compétitivité parmi les entreprises d'aujourd'hui. La rapidité avec laquelle une entreprise peut mettre de nouvelles idées sur le marché, tourner en réponse à l'évolution des conditions du marché et offrir des expériences qui satisfont les clients, plus les chances de succès sont élevées. Le changement est une réalité constante pour ces organisations. Il est disruptif et demande plus d'agilité et d'efficacité dans l'approche de développement d'applications. En plus de la pression pour livrer les applications plus rapidement, les équipes de développement doivent s'assurer que les applications qu'elles créent peuvent fournir les performances, la fiabilité et l'évolutivité dont les équipes opérationnelles ont besoin, et qu'elles répondent aux exigences de sécurité et de conformité. Pour répondre à ces besoins, Red Hat propose une gamme d'outils middleware permettant aux organisations de créer, d'intégrer, d'automatiser, de déployer et de gérer des applications critiques. La plate-forme d'application Red Hat JBoss Enterprise (JBoss EAP), basée sur le projet WildFly Application Server Community, ancre ces besoins et étend la valeur du nombre de charges de travail Linux à Java, que ce soit sur site ou dans des environnements virtuels, ou dans un environnement cloud public, privé ou hybride. Ces outils sont flexibles, légers et optimisés pour les clouds et les conteneurs, ce qui permet aux organisations d'utiliser et d'étendre leurs investissements dans les applications au fur et à mesure qu'elles commencent la transition vers des architectures cloud natives et des paradigmes de programmation tels que les microservices, les conteneurs ou sans serveur. La mise en œuvre de ces outils middleware dans Red Hat OpenShift s'appuie davantage sur la force du portefeuille technologique de Red Hat et offre des avantages supplémentaires, notamment une expérience de développeur optimisée basée sur les services et l'environnement global de DevOps.

LxA : Et qu'en est-il du Big Data ou de l'IA. Ces technologies intéressent-elles Red Hat?

MA: L'analyse de données, l'apprentissage automatique et l'IA représentent une transformation fondamentale qui, au cours de la prochaine décennie, affectera tous les aspects de la société, des entreprises et de l'industrie. Cette transformation changera fondamentalement la façon dont nous interagissons avec les ordinateurs - par exemple, la façon dont nous développons, maintenons et exploitons les systèmes, ainsi que la façon dont les entreprises servent leurs clients. L'impact de l'IA sera visible dans l'industrie du logiciel bien avant, dans le monde analogique, affectant profondément l'open source en général, ainsi que Red Hat, son écosystème et sa base d'utilisateurs. Ce changement offre à Red Hat une excellente opportunité d'offrir une valeur unique à nos clients. Red Hat s'efforce d'activer les flux de travail d'IA à partir de l'activation matérielle et du niveau infrastructure, et de passer à la plate-forme de développement de conteneurs. En fait, en Espagne, nous avons actuellement des clients qui effectuent des analyses avec Apache Spark dans des environnements de production sur OpenShift.

LxA : Avoir une grande entreprise comme Red Hat du côté du logiciel libre est quelque chose de très positif… Envisagez-vous également d'entrer dans le secteur du matériel libre ou de la robotique avec un projet?

MA: Red Hat va là où se trouvent les besoins des clients - nous examinons donc les projets en croissance et en demande pour les entreprises. Pour les domaines en dehors de notre implication directe, nous travaillons en partenariat avec le vaste environnement existant, comme nous l'avons déjà mentionné ci-dessus. Il existe certainement des exemples intéressants de l'impact de l'open source sur la technologie, et plus encore sur la société. Red Hat a récemment réalisé une courte vidéo dans le cadre de sa série documentaire Histoires Open Source sur la façon dont les scientifiques citoyens utilisent l'open source pour faire des découvertes révolutionnaires. Tu peux le voir ici: https://www.redhat.com/en/open-source-stories/collective-discovery

LxA : J'aimerais connaître votre opinion sur l'avenir de l'informatique. Je vois comment des entreprises comme Microsoft semblent avoir laissé entendre que Windows 10 serait la dernière version de Windows, que la convergence n'a pas fini de prendre forme, que l'accent est mis sur les services cloud, etc. Pensez-vous que nous entrons dans un avenir où nos ordinateurs de bureau et nos appareils mobiles ne sont que de simples clients pour accéder à toutes les ressources à distance, même les systèmes d'exploitation (par exemple: style eyeOS)?

MA: Nous n'envisageons pas nécessairement les appareils comme de simples clients. Nous examinons un modèle de calcul distribué qui sera très flexible dans les processus exécutés sur ces appareils, quelles ressources sont consommées à partir du centre de données et du cloud, et quelles ressources sont situées à la périphérie ou près de la périphérie. Nous constatons que cette flexibilité est atteinte en adoptant un modèle basé sur des conteneurs qui exploite les capacités d'orchestration de Kubernetes en conjonction avec des outils de gestion de systèmes automatisés.

Un plaisir de connaître la position de Red Hat, j'espère que vous avez aimé notre interview. N'oubliez pas de quitter le commentaires...


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.