Google est sorti pour justifier les restrictions de Manifest V3 et que cela n'affectera pas les bloqueurs de publicités

Logo Google Chrome

Cela fait 9 mois que Google a annoncé des changements majeurs au Manifest V3, un document dans lequel l'entreprise fournit des détails sur les capacités des extensions de votre navigateur.

La version 3 est en gestation et les débats à son sujet ne sont pas restés. Donc, peu de temps après que des utilisateurs en colère ont continué à menacer de quitter le navigateur, les ingénieurs de Google ont juste promis que les futures modifications du système d'extension de Chrome ne paralyseront pas les bloqueurs de publicités, comme tout le monde le craint.

La société affirme que les modifications apportées par la nouvelle API amélioreront la confidentialité des utilisateurs et accéléreront les améliorations.

En outre, Google a promis d'augmenter la limite maximale du nombre de filtres, ceci, pour mettre fin aux principales critiques émises par les développeurs de bloqueurs de publicités ces derniers mois.

Google a révélé qu'il observe ces changements depuis octobre de l'année dernière. Au milieu de la bataille contre l'augmentation des extensions malveillantes sur sa plate-forme, il a annoncé l'entrée en vigueur de nouvelles règles dans le processus de révision des extensions, mais aussi des changements dans le code de base pris dans Extensions.

Bien qu'il y ait eu peu de discussions au début sur les changements à venir de Manifest V3, en janvier, les développeurs de divers bloqueurs de publicités ont soulevé un problème avec l'API Web.

La crainte exprimée par les développeurs: la nouvelle API peut empêcher vos extensions d'inspecter les pages Web tout aussi efficacement.

L'API de requête Web d'origine interrompt le chargement d'une page tout en parcourant son contenu à la recherche d'annonces ou d'autres contenus que l'extension peut bloquer ou modifier.

Sur sa dernière version, Google a souligné que cette ancienne API était une source d'abus qui était utilisée par des développeurs malveillants. Dans les chiffres publiés par Google, 42% des extensions malveillantes détectées depuis janvier de l'année dernière étaient basées sur l'API de requête Web.

"Avec la requête Web, Chrome envoie toutes les données d'une requête réseau à l'extension d'auditeur, y compris les données sensibles de cette requête, telles que des photos personnelles ou des e-mails", déclare Google

L'API déclarativeNetRequest fonctionne dans une approche différente

Plutôt que l'extension basée sur ce dernier, arrêtant les requêtes Web et inspectant tout le contenu, ce dernier définit les règles que le navigateur lit et applique à chaque page Web avant le chargement.

Avec cette nouvelle API, les extensions ne reçoivent jamais de données d'une page et le navigateur ne modifie une page que lorsqu'une ou plusieurs règles déclarées sont respectées. De cette manière, toutes les données confidentielles pouvant être incluses dans une page (emails, photos, mots de passe, etc.) restent au niveau du navigateur et ne sont jamais transmises aux extensions. Selon Google, la nouvelle API est meilleure en termes de confidentialité, mais aussi de rapidité.

En janvier de l'année en cours, Les bloqueurs de publicités ont fait valoir qu'en dépit des avantages présentés par la nouvelle API, Google prévoyait de limiter les filtres à 30,000, un nombre jugé insuffisant par les responsables de la publicité.

En janvier, Raymond Hill uBlock Origin et les extensions uMatrix étaient les auteurs (entre autres) de la populaire liste de blocage Easylist avec 42,000 XNUMX filtres. Google a revu ce détail et annonce le passage de la limite de filtrage de 30,000 150,000 à XNUMX XNUMX.

L'Opéra, Brave et Vivaldi peuvent ne pas faire le changement

En général, les développeurs de navigateurs basés sur Chromium ont annoncé qu'ils ne s'aligneraient pas sur les modifications qui peuvent nuire aux utilisateurs.

En plus des bloqueurs de publicités qui intègrent leurs navigateurs respectifs, la tendance d'Opera et Brave est de continuer avec le support de l'ancienne API Web Request, qui permettra à des extensions telles que uBlock et uMatrix de continuer à fonctionner sans problème.

Chez Vivaldi, la manière dont le changement d'API sera traité dépendra des décisions finales de Google.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.