Essayez ceci si votre distribution KDE ne vous permet pas d'exécuter Dolphin en tant que root, également valable pour Kate et d'autres applications

Dolphin comme racine à côté de Kate aussi comme racine

Quand j'utilise Ubuntu (peu) ou le Raspberry Pi avec son système d'exploitation officiel, bien que je mette le "costume" de Système d'exploitation Twister, lancer vos éditeurs de texte ou gestionnaires de fichiers en tant que super utilisateur ou root est très simple : "sudo nautilus", par exemple, suffit généralement. Mais ce n'est pas le cas dans KDE, même si cela fait des mois que ils nous ont promis. nous devrions pouvoir utiliser dauphin comme racine dans le cadre de la version Frameworks 91, mais ce n'est pas encore possible. Même dans KDE neon, il nous dit d'utiliser le gestionnaire de fichiers normal et il nous demandera le mot de passe si nécessaire, mais de cette façon certaines options n'apparaissent pas dans le menu.

En fait, ce n'est pas nécessaire à 100 %. Nous pouvons faire tous les changements que nous voulons depuis le terminal, mais je pense que cela ne fait pas de mal de pouvoir utiliser, au moins, Dolphin comme racine, et si nous pouvons faire la même chose avec Kate, alors tant mieux. Le secret pour l'obtenir est faire une copie du lanceur d'origine et modifier son ordre qui vous indique comment cela va commencer, un processus que nous vous expliquons ci-dessous.

Dolphin en tant que root avec un fichier .desktop modifié

Le processus est simple et sûr. La chose "dangereuse" est ce que nous pouvons faire après, car si nous touchons à ce que nous ne devrions pas, nous pouvons faire en sorte que quelque chose cesse de fonctionner. Nous l'obtiendrions de cette façon:

  1. Nous allons dans le dossier usr/share/applications.
  2. Là, nous recherchons «dolphin», nous pouvons également rechercher «kate» si nous voulons faire de même et pouvoir utiliser l'éditeur en tant que root. Le fichier de Dolphin s'appelle org.kde.dolphin.desktop, et celui de Kate org.kde.kate.desktop.
  3. Nous les copions sur le bureau pour les modifier ou directement là où ils se retrouveront, c'est-à-dire dans notre dossier personnel/.local/partage/applications.
  4. Nous ouvrons le fichier .desktop avec Kate, par exemple, et le modifions. Vous devez éditer au moins une ligne, mais il est recommandé d'en éditer deux ou trois :
    1. Dans la ligne où il est écrit "exec", nous allons changer ce qui se trouve après le symbole égal (=) en ceci pkexec env DISPLAY=$DISPLAY XAUTHORITY=$XAUTHORITY KDE_SESSION_VERSION=5 KDE_FULL_SESSION=true dbus-launch dolphin %u dans le cas de Dolphin et cela pkexec env DISPLAY=$DISPLAY XAUTHORITY=$XAUTHORITY KDE_SESSION_VERSION=5 KDE_FULL_SESSION=true dbus-launch kate -b %U dans le cas de Kate. Si nous devons le faire avec une autre application, nous n'avons qu'à changer la fin, d'où le nom de l'application apparaît à la fin. A Dophin c'est dauphin %u, qui serait le lanceur d'applications.
    2. Le nom de l'application vaut la peine d'être remplacé par quelque chose comme Dolphin Root et Kate Root. C'est le nom qui apparaîtra dans le lanceur d'application.
    3. Nous pouvons également aller au nom (nom) et au commentaire (commentaire) de notre langue et le changer.
  5. Si nous les avions laissés dans notre dossier personnel/.local/partage/applications, les applications devraient déjà apparaître dans le menu des applications. Nous devons mettre notre mot de passe pour pouvoir ouvrir les applications de cette manière.

Ceci est juste un raccourci vers quelque chose qui devrait fonctionner depuis Framework 91, mais bon, pour ceux qui en ont besoin et qui veulent le faire avec une interface utilisateur, c'est une possibilité.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

4 commentaires, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   nachete dit

    Et ma question est la suivante : à quoi bon changer de desktops et forcer les bibliothèques dans les dristos alors que la première chose que vous conseillent les mêmes distros est : laisser le desktop par défaut pour éviter les problèmes d'incompatibilité avec les applications ?

    Pour mon ordinateur portable bas de gamme, j'utilise xubuntu et pour mon Ryzen 5 3400G et 16 Go de RAM, j'utilise Ubuntu avec son bureau par défaut. Et pas si mal, hein…. et sans maux de tête.

    Cette nouvelle est vue par les personnes qui souhaitent ou sont intéressées par le passage à Linux…. et court dans l'autre sens. Et puis nous nous plaignons que les frais Linux sont trop bas.

    1.    Diego allemand Gonzalez dit

      SÉCURITÉ!!
      Quelqu'un vérifie la licence Linux de ce garçon.
      Nachete, nous le faisons parce que nous le pouvons, et si nous allons nous limiter dans ce que nous écrivons parce que des utilisateurs hypothétiques pourraient avoir peur, nous ferions mieux de changer de domaine et de commencer à écrire sur l'origami.

    2.    pablinux dit

      J'ai dû louper quelque chose si Linux recommande de laisser les choses telles quelles, alors que l'un de ses points forts est qu'on peut tout changer.

      D'autre part, ce qui est expliqué ici ne touche pas les pupitres ou les librairies ; vous faites une copie du lanceur de certaines applications afin qu'elles s'ouvrent avec toutes les autorisations. Et vous NE touchez PAS au lanceur d'origine (.desktop).

      Salutations.

  2.   Sergio d'Argentine dit

    Cela m'a donné d'excellents résultats. A noter que la première fois j'ai changé la résolution de l'écran, mais cela ne s'est pas reproduit