Deux types de liberté: GPL et BSD

C'est drôle comme la liberté peut être un concept si complexe et interprétable. Preuve en est les licences de logiciels, il y en a des dizaines, et si nous allons dans le domaine du logiciel libre, nous en trouvons deux qui interprètent la liberté de points de vue totalement opposés.

BSD y GPL, les deux à un moment donné restreignent certaines libertés, voyons voir.

gnu-gpl-logo miniature La licence GPL, licence publique générale permet aux utilisateurs d'utiliser librement le code du programme tant qu'ils respectent la paternité originale et publient également le code avec la même licence.

Esto quiere decir que si creas un programa X y otro lo quiere utilizar deberá publicar el resultado de su trabajo bajo las mismas condiciones de la licencia original, si quiere crear un software privativo no puede y si quiere crear un software libre pero con otra licencia tampoco il peut.

En fin de compte, ce que le développeur parvient à faire est de conditionner l'utilisation de son travail aux mêmes termes dans lesquels il a commencé le développement de son logiciel, avec les ajouts inclus, il sera toujours gratuit et ce sera toujours GPL, bien que cela puisse poser un problème. .

bsd-grand D'autre part Licence BSD. C'est une licence qui pour ses détracteurs est pratiquement une licence de logiciel libertin, plutôt que gratuite. Si vous créez le même programme X et que quelqu'un d'autre veut l'utiliser, par exemple, Microsoft qui a aimé le fonctionnement de votre code, pourra le prendre librement, en respectant uniquement votre paternité, mais sans publier les modifications apportées.

Ce que le développeur réalise, c'est que son code sert à n'importe quel objectif et, open source ou non, le prochain développeur peut librement choisir quoi faire de son propre travail.

Nous sommes confrontés à deux concepts de liberté:

Celui avec GPL: la liberté de partager.
Celui avec BSD: la liberté de distribuer.

C'est comme un abîme et un sommet mis en comparaison, ce sera vous qui direz quel est l'abîme et quel est le sommet.

La GPL est-elle bonne même si elle restreint la liberté de distribution du développeur?
BSD est-il bon même s'il met en péril le développement de plus de logiciels libres?
En gardez-vous? Justifiez votre réponse.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

25 commentaires, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   McLarenX dit

    Je défends davantage la GPL principalement à cause du bon exemple que vous avez donné. Je ne veux pas qu'une entreprise qui gagne des centaines de milliers de dollars par seconde profite de ma contribution gratuite et sans but lucratif pour en tirer profit. Si je voulais que mon code soit rentable, je lui donnerais une licence propriétaire.

    Lorsqu'un développeur crée du code libre, il le fait au profit de la communauté, pas des grandes entreprises qui veulent détruire le logiciel libre.

    J'ai dit.

  2.   isengrine dit

    Un sujet délicat ...
    Et un grand dilemme. La GPL me semble trop stricte, mais je n'aime pas non plus que les gens utilisent mon travail ... eh bien, il y a plus de licences, il s'agit de les lire toutes en détail (je suis paresseux, je sais).

  3.   Rafael Hernampez dit

    Je suis d'avis que lorsque quelque chose est catalogué, nommé, associé, etc., il perd déjà sa liberté.

    Toutes les formes de logiciels libres sont valables et nous sommes tous libres de choisir ce que nous aimons et ce qui nous intéresse à tout moment. Nous sommes libres de décider: c'est la vraie chose.

  4.   Maître Druken dit

    Bonjour !!!… Je pense que la GPL est bien, parce que c'est l'idée du Logiciel Libre, que nous partageons tous dans le bien commun, mais avec BSD qui est perdu, car il a la possibilité de fermer son développement, après avoir pris profit du travail de beaucoup d’autres. d'autre part, avec la GPL, il est garanti que la collaboration existera toujours.

    Salutations.

  5.   Nacho dit

    Pour moi il n'y a pas beaucoup de doute, je vois le bsd comme un cancer pour le SL Tu fais un programme, un autre le prend et le transforme en propriétaire (CEDEGA avec du vin, sans aller trop loin ...) et avec du code fermé, ça fait déjà ce qui passe à travers les œufs.

    Je ne pense pas.
    Malheureusement, la SL a encore besoin de défenses contre les entreprises et autres vautours. Tant que ce n'est pas le cas, la GPL fera défaut.

    salutations

  6.   kernel_panic dit

    Je ne suis pas d'accord avec la déclaration des sources

    "La GPL est-elle bonne même si elle restreint la liberté de distribution du développeur?"

    Le développeur a toute la liberté de distribuer le code reçu, et la seule restriction est que lors de sa distribution, il doit le faire dans les mêmes conditions que celles reçues.

    La GPL est une licence très juste, si quelqu'un a déjà fait le travail et veut le donner au monde, il le fait via la GPL, afin que tout le monde puisse bénéficier de son don. Il serait injuste pour un individu ou un groupe de personnes de saisir ce patrimoine COMMUN de l'humanité (oui, c'est vrai, aussi explosif et exagéré que cela puisse paraître) et de l'utiliser à leur propre profit ou simplement pour limiter les droits du reste du monde. gens.

    De la même manière avec les développements basés sur le code GPL, si j'ai déjà fait une partie du travail, et que je vous le donne, il n'est pas juste qu'en changeant simplement la couleur de la fenêtre vous pensez déjà que le code est le vôtre et vous pouvez le fermer ou le changer de licence ... même si vous avez fait 90% du nouveau travail et seulement utilisé le mien comme plug-in, sans ce petit, minuscule et "insignifiant" plug-in, votre code ne serait pas être complet et il est juste que je mérite le crédit de mon travail ainsi qu'il est juste que d'autres personnes puissent bénéficier d'un code de ma paternité que je donne, ainsi que des œuvres qui dérivent de ce code.

    Pour ceux qui n'aiment pas la licence GPL, il n'est pas obligatoire de l'utiliser, mais s'ils veulent éviter les ennuis du développement, le moins qu'ils puissent faire est de respecter les droits des développeurs précédents ainsi que des utilisateurs. C'est le seul prix à payer, et je pense que cela en vaut la peine.

  7.   kernel_panic dit

    Excusez le double affichage, mais je vois que j'utilise un terme erroné, et il est juste que je le corrige: p

    Les développeurs d'origine ne «donnent» pas leur code, ils autorisent son utilisation et sa distribution, ainsi que le droit de le modifier, mais en fin de compte, c'est toujours VOTRE code.

  8.   Nitsuga dit

    Je n'aime aucun d'entre eux. La licence que j'utiliserais serait celle qui obligerait le développeur à publier les combinaisons qu'il a apportées à mon programme, et non TROP son code. Il est frustrant de voir quelque chose dans un programme que vous aimeriez avoir dans le vôtre, mais vous ne pouvez pas voir son code. De la même manière, il est frustrant de voir le code de quelque chose que vous aimeriez avoir dans votre programme, mais que vous ne pouvez pas utiliser..

    [spam] J'ai écrit un article à ce sujet sur mon blog: http://aprendiendolinux.wordpress.com/la-gnu-gpl-%C2%BFuna-licencia-libre%C2%BF/ [/ pourriel]

  9.   Andres dit

    Les deux sont nécessaires. Et d'autres qui seront développés à l'avenir seront également importants. Une formule unique ne peut couvrir tous les besoins de créativité (à la fois sociaux et commerciaux).
    La première liberté est de pouvoir choisir entre plusieurs licences disponibles et de ne pas être obligé d'une seule.

  10.   G dit

    Mon avis a déjà été donné par McLarenX, et quelque chose que je voulais souligner a déjà été très bien fait par kernel_panic.

    J'aime visiter ce blog de temps en temps. Les salutations!
    Allemand.

  11.   vincentgeratorix dit

    ce qui se passe, c'est que, comme le dit Socrate, l'homme est bon par nature ... XD
    ce que je dis, c'est que le capitalisme a été inventé pour créer l'égalité et réduire les différences sociales, la discrimination, etc.
    de la même manière, les licences ont été inventées dans un bon but ... mais avec le temps elles se corrompent, tout est en train de corrompre ...

    Personnellement, je crois plus à la GPL (les raisons, les mêmes que celles que kernel_panic a écrites)

    ce que dit nitsuga est quelque chose qui est présent chez beaucoup d'autres personnes, mais je pense que cela ne serait résolu que si nous étions tous une communauté, quelque chose que la gpl et stallman promeuvent (la communauté n'est pas l'anarchie, le projet debian est une communauté)

  12.   seth dit

    @nitsuga: et cela n'existe pas?

  13.   f sources dit

    Deux choses:

    Premièrement: @Nitsuga je ne vous ai pas compris.
    Deuxièmement: combien cela vous coûte-t-il de créer une licence qui vous permet de publier le code en tant que logiciel libre mais sans nécessairement avoir à utiliser la même licence?

  14.   Absent dit

    Microsoft a amélioré Windows grâce à la licence BSD, je préfère donc la GPL.

  15.   Absent dit

    Je ne voudrais pas qu'une société de logiciels anti-libre profite de mon travail.

  16.   Jocho dit

    Tant qu'il y a des éditeurs de logiciels anti-libres, l'idéal est la GPL, bien que l'idéal serait une licence de type BSD qui a pour clause spéciale l'obligation de l'utilisateur du code de publier les améliorations qu'il apporte, sans avoir à le faire avec tout ce qui fait, quelque chose comme ce que Nitsuga a dit, et sans l'obligation de la GPL de tout publier sous cette même licence (ce qui me semble le plus gros défaut de ladite licence, ainsi que l'une de ses principales vertus )

  17.   Réoba dit

    Je ne connaissais pas la différence entre les deux licences, mais avec l'exemple clair que vous avez donné, je les ai parfaitement comprises; Et je pense que comme beaucoup, je pense que la GPL est meilleure, car elle oblige le nouveau programmeur à publier son code sous les mêmes termes que le vôtre, cela me semble excellent, je ne voudrais pas que quelqu'un devienne riche pour quelque chose que j'ai fait pour libre et laissez libre pour tous.

    P.S. Je suis de retour du massacre de l'école !! : RÉ

  18.   kernel_panic dit

    @fuentes

    Je pense que la LGPL permet cela

    La principale différence entre la GPL et la LGPL est que cette dernière peut être liée (dans le cas d'une bibliothèque, «être utilisée par») un programme non GPL, qui peut être un logiciel libre ou un logiciel non libre. [1 ] À cet égard, la version 3 de GNU LGPL est présentée comme un ensemble d'autorisations ajoutées à la GNU GPL.

    Ces programmes non GPL ou non LGPL peuvent être distribués dans toutes les conditions choisies s'il ne s'agit pas d'œuvres dérivées. S'il s'agit d'un travail dérivé, les termes doivent permettre la modification par l'utilisateur pour son propre usage et l'utilisation de techniques d'ingénierie inverse pour développer lesdites modifications. Définir si une œuvre qui utilise un programme LGPL est une œuvre dérivée ou non est une question juridique (voir le texte de la LGPL). Un exécutable autonome qui se lie dynamiquement à une bibliothèque est généralement accepté comme une œuvre qui n'est pas dérivée de la bibliothèque. Il serait considéré comme un travail utilisé par la bibliothèque et le paragraphe 5 de la LGPL s'appliquerait.

    Un programme qui ne contient aucun dérivé d'aucune partie de la bibliothèque, mais qui est conçu pour fonctionner avec la bibliothèque en étant compilé ou lié avec elle, est appelé un «travail qui utilise la bibliothèque». Un tel travail, pris isolément, n'est pas un travail dérivé de la Bibliothèque et ne relève donc pas du champ d'application de cette Licence.

    Extrait de la traduction non officielle espagnole:

    Un programme qui ne contient aucun dérivé d'une partie de la bibliothèque, mais qui est conçu pour fonctionner avec la bibliothèque en étant compilé ou lié à celle-ci, est appelé un «travail qui utilise la bibliothèque». Un tel travail, séparément, n'est pas un travail dérivé de la bibliothèque, et tombe donc en dehors du champ d'application de cette Licence.

    Essentiellement, il devrait être possible que le logiciel soit lié à une nouvelle version du programme couvert par la LGPL. La méthode couramment utilisée pour y parvenir consiste à utiliser un mécanisme de bibliothèque partagé ou dynamique approprié. Alternativement, il est permis de lier statiquement une bibliothèque LGPL (voir w: bibliothèque liée statiquement) si le code source du programme est fourni ou si le code objet est fourni pour être lié à la bibliothèque LGPL.

    Une caractéristique de la LGPL est que tout code LGPL peut être converti en code GPL (section 3 de la licence). Cette fonctionnalité est utile pour la réutilisation directe du code LGPL dans le code GPL des bibliothèques et des applications, ou si vous souhaitez créer une version du code qui ne peut pas être utilisée dans un logiciel propriétaire.

    Cependant, cela peut être une faiblesse, il y a quelque temps, j'ai lu un article de Bruce Perens sur le danger d'Apache car il n'est pas sous licence en mode GPL, s'il est utilisé par d'autres intérêts (voir Microsoft: p)

    La licence Apache déclare:

    Comme toute autre licence de logiciel libre, la licence Apache permet à l'utilisateur du logiciel la liberté de l'utiliser dans n'importe quel but, de le distribuer, de le modifier et de distribuer des versions modifiées de ce logiciel.

    La licence Apache n'exige pas que les œuvres dérivées (versions modifiées) du logiciel soient distribuées en utilisant la même licence, ni même qu'elles doivent être distribuées en tant que logiciel libre / open source. La licence Apache exige uniquement qu'un avis soit conservé pour informer les destinataires que du code avec la licence Apache a été utilisé dans la distribution. Ainsi, contrairement aux licences copyleft, ceux qui reçoivent des versions modifiées du code sous licence Apache ne reçoivent pas nécessairement les mêmes notebooks. Ou, si vous considérez la situation du point de vue des licenciés de code sous licence Apache, ils ont la "liberté" d'utiliser le code de la manière qu'ils préfèrent, y compris son utilisation dans des produits fermés (cf. paragraphe 4).

    En particulier, je réitère ma position: p, ce sera restrictif, mais il ne fait aucun doute que la GPL est la meilleure licence de logiciel libre: p

  19.   Jaune Alejandro dit

    Je m'en tiendrai à la GPL, mais… .. un monde où seule la GPL existait, serait-ce un monde libre?

  20.   isengrine dit

    @fsources +1

  21.   Anarres dit

    un monde où seule la GPL existait, serait-ce un monde libre?

    OUI, ce serait un monde libre.
    Ce serait le monde le plus libre possible.
    Un monde où la connaissance individuelle, qui est une valeur de l'humanité, lui est restituée, sans obligations financières.
    C'est le modèle le plus primitif de l'humanité et celui qui a été utilisé le plus longtemps. En fait, c'est ce qui a motivé l'humanité: l'économie PAYG - plus tard l'économie redistributive-

  22.   Jaune Alejandro dit

    OUI, ce serait un monde libre.
    Ce serait le monde le plus libre possible.

    Être LIBRE, c'est pouvoir choisir. J'adore Linux, la philosophie GNU et la licence GPL, mais si un jour cela me rendait difficile d'installer le navigateur Opera sur Linux, en prétendant que ce n'est pas un logiciel libre, alors ce jour-là, j'ai arrêté d'utiliser Linux.

  23.   RudaMale dit

    "La GPL restreint la liberté de restreindre la liberté." Cela semble paradoxal mais c'est une bonne définition et c'est sous licence GPL :)

  24.   JUSTO ROSILLO VALLADARES dit

    Je penche vers la licence GPL car elle a le principe universel de partager les connaissances sans les ignorer… c'est un paradigme du futur. Merci.

  25.   Juanma dit

    Si cela vous conditionne, ce n'est pas gratuit.