Choses à apprendre des migrations Linux

frais

Microsoft achète, le Chili vend. Tel était le titre, à la mi-2007, des blogs sur un accord secret qu'un ministre de l'époque avait avec les dirigeants de la société de Redmond et qui impliquait non seulement une relation directe mais aussi une dépendance excessive aux données personnelles de citoyens entre les mains de cette entreprise.

Maintenant, le gouvernement du Chili est sur une voie très différente, acceptant l'utilisation du logiciel libre dans son administration comme valable, bien qu'il n'ait pas l'intention de favoriser le logiciel libre. Ils ont donc commandé une étude sur la commodité et la faisabilité de la migration vers le logiciel libre dans les bureaux publics.

Ils l'ont appelé «Utilisation du logiciel libre dans l'État» et de cette étude est venue une étude sur l'utilisation (combien de logiciel libre est utilisé), un guide de migration, une analyse d'impact économique et social (s'il est moins coûteux de l'utiliser et si c'est vraiment ça fait du bien à la société)

Et nous?

En plus d'être une étude intéressante pour la région ainsi que pour les citoyens du pays eux-mêmes, de nombreux conclusions de cette étude nous ils servent à faire face à une migration dans tout autre contexte (de celle d'un ami à celle d'une organisation) et j'essaierai de résumer cela dans une liste.

La formation est incontournable: Avec un ordinateur à la maison ou avec un employé, il est toujours nécessaire de les former pour éviter les surprises. Bien qu'une formation Windows ne soit généralement pas nécessaire, il est impressionnant de voir combien d'utilisateurs Windows ne sont pas en mesure d'utiliser leur propre équipement dans des conditions minimales, de l'allumage / extinction d'un PC à l'utilisation d'un programme nécessaire à leur travail. S'ils vont utiliser Linux ou certains programmes gratuits sous Windows, il est préférable de leur apprendre à les utiliser à moins que la courbe d'apprentissage ne le justifie pas.

Tout le monde ne sait pas la même chose: Certains utilisateurs maîtrisent mieux le PC que d'autres, ce qui est directement lié à leur capacité à apprendre à utiliser un nouvel environnement. Un utilisateur peut avoir un certain niveau de connaissances qui est suffisant pour migrer vers une nouvelle application ou un nouvel environnement (comme une nouvelle distribution) et est capable d'aider ses pairs. Comprendre cela nous aide à planifier la migration.

Ils ne doivent pas être totaux ou brusques: En plus d'intimider les responsables du fonctionnement du système où il a été présenté, il a été à l'origine de plus d'un revers. Peut-être n'est-il pas nécessaire de mettre tous Ubuntu, il vaut peut-être mieux commencer par les mettre en œuvre avec OpenOffice, Thunderbird et Firefox.

La résistance au changement est naturelle: L'inconnu fait peur, changer alors peut aussi être un travail psychologique. Dans le cas d'un utilisateur domestique, il vit cela avant, car c'est lui qui accepte de migrer, cette fois cela s'applique beaucoup plus dans une organisation, où l'autorité exige un changement et c'est fait. Les revendications seront, mais à côté d'eux doivent être les arguments pour le changement. Cela doit être meilleur pour l'utilisateur, sinon cela n'a pas de sens.

Vous devez planifier: Cela fonctionne même pour ceux qui migrent seuls, peut-être uniquement à l'aide de choses qu'ils lisent sur Internet ou pour le service informatique d'une agence publique, les migrations échouent généralement parce qu'elles n'ont pas été bien pensées. Il peut être judicieux de prendre une feuille de papier avec un crayon et de tracer des lignes pour planifier comment faire fonctionner votre PC sous Linux, par exemple.

Ce qu'il faut pour faire le travail: Il est vital de savoir si on va avoir besoin d'un programme équivalent à ce que l'on utilise sous Windows, c'est une bonne idée alors de savoir comment fonctionne ce programme, on peut demander sur Internet. Très probablement, si vous passez de Windows à Linux, tout ce que vous avez utilisé dans Windows existe, mais avec un autre nom ou que quelque chose existe, mais ce n'est pas suffisant.

Parfois, la migration n'est pas justifiée: Selon cette étude, environ 30% des ordinateurs de l'État ne sont pas en mesure de migrer car, en raison de licences déjà payées ou en raison des avantages et des complications du transfert de formats, par exemple, ce n'est pas faisable. C'est triste mais il peut arriver que peu importe ce que nous voulons, passer à Linux n'est pas une option si ce que nous faisons quotidiennement avec notre PC nous en empêche. Dans une organisation, le Logiciel à utiliser peut ne pas exister ou avoir des formats complètement opposés.

Quels autres aspects doivent être pris en compte lors de la migration?

Des expériences de migration dans des organisations qui vous semblent familières?

Erreurs courantes?


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

4 commentaires, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   vincentgeratorix dit

    Salut…
    super que des études soient faites ici, et l'idée de la SL est pensée
    la plupart des choses sont des choses que tout le monde sait… mais cela vaut la peine de l'ajouter à une étude….
    mais le dernier point m'a laissé réfléchi ...

    Pour ceux qui ne le savent pas, il y a quelques années, le Chili allait signer un traité M $ totalement secret, et que le sénateur navarrais a découvert et opposé en raison du coût élevé des licences qui lui seraient versées ... quand il est venu à la lumière "il a disparu" et ils ont jeté le vice de "TATA" en prison

    revenons maintenant au dernier point ... chaque fois que je vais dans une pharmacie, je vois sur le pc «Utilisateur - COBOL» «BOÎTE - COBOL» XDDDD et comme je l'ai lu, il est très difficile de passer de win à linux ces programmes .. . à part cela, il y a très peu de programmeurs de cette langue, et cela coûterait beaucoup d'argent aux pharmacies (et à d'autres entreprises utilisant ces programmes) donc je ne pense pas que les pharmacies veulent la migration XDD

    PS: si je me trompe sur quelque chose, faites le moi savoir: D
    PD2: qui sera le nouveau blogueur @?

  2.   N @ ty dit

    La «plaisanterie» de la migration, disons, est que tout le monde migre, et pas certains. Tout le monde également.

    Je pourrais répéter l'exemple banal et désastreux de l'utilisation simultanée d'OpenOffice et de MSWord dans la même entreprise, mais je vous en ai déjà parlé. Cette même expérience désastreuse s'est produite avec Outlook et Thunderbird: des e-mails périmés, des personnages fous et des avertissements qui ne sont jamais arrivés.

    De même, en cas de migration, les anciens et les nouveaux systèmes ou technologies ont tendance à coexister ... au moins pour un temps ...

  3.   f sources dit

    @ N @ ty bien sûr, mais cela dépend du cas et du planning, ce que vous me dites est un désastre, je peux l'imaginer, mais que se passerait-il si pour les choses de la vie dans une entreprise certains employés n'installaient que des programmes gratuits (me voilà inventant qu'ils ne sont pas formés ou pas complètement) et à un autre groupe avec une distribution Linux, ils n'auraient plus de problèmes de compatibilité de documents, les fichiers circuleraient sans problèmes et les informaticiens et les formateurs pourraient réparer l'étrange nid de poule.

    Conclusion: cela dépend des planificateurs.

  4.   autre_sam dit

    Une traduction d'un article du 11 mars:

    "Police française: nous avons économisé des millions d'euros en adoptant Ubuntu"

    http://linuxfortargets.blogspot.com/2009/03/policia-francesa-hemos-ahorrado.html

    Dans le cas de la police française, c'était:
    1er) OOo
    2ème) Firefox
    3e) Thunderbird

    Dans le cas d'une organisation que je connais dans laquelle ils utilisent 5 machines, la chose est comme ceci:
    1er) Firefox (5/5, pendant 2 ans)
    2e) Thunderbird (5/5, pendant 2 ans)
    3e) OOo (2/5, pendant 3 mois)

    Je tiens à souligner qu'avec l'entrée de ODF et d'Office 2007, un certain chaos émerge dans l'échange de documents entre son personnel administratif et d'autres organisations ou personnes avec lesquelles ils interagissent. Je pense que cela contribue à ce que l'un des paramètres par défaut de Windows XP soit "Masquer les extensions de fichier bla bla bla".

    Solution idéale: migration totale ou rien.

    Véritable solution: migration progressive ou rien.

    Les migrations soudaines n'existent pas. Les migrations ont autant de frontières que les usages sont faits des équipements. S'il y a 12 personnes dans une organisation qui partagent l'utilisation de l'ordinateur de cette manière:
    - 10 donnent l'usage A
    - 1 donne l'usage B
    - 1 vous donne utiliser C
    vous devrez faire votre migration en 3 phases, aussi incroyable que cela puisse paraître.

    Et dans chaque phase, il y aura autant de sous-phases que d'applications utilisées.

    Il est très important que la productivité et le confort des utilisateurs ne laissent pas l'attention de la personne responsable de la migration. Il faut penser que, dans le meilleur des cas, des décisions hâtives causeront 8 heures de souffrance quotidienne à chacune des personnes concernées. Dans le pire des cas, les anciennes applications seront réinstallées silencieusement sans que vous vous en rendiez compte. Dans les deux cas, vous aurez créé le rejet des applications que vous souhaitez implémenter.

    Je pense qu'aujourd'hui la migration vers SL est la suivante:
    - Multimédia: aucun problème. VLC sur Windows et Totem avec codecs automatiques à la volée sur Ubuntu.
    - Messagerie instantanée: pas de problèmes de productivité bien qu'esthétiques. MSN est beaucoup plus joli.
    - Navigation Web: pas de tracas tant que vous n'avez pas besoin de putain d'ActiveX. Heureusement, ils sont l'exception.
    - Mail: sans échange sans problèmes. Avec Exchange, je ne sais pas si quelque chose de plus est nécessaire que d'activer POP3 ou IMAP4 sur le serveur.
    - Bureautique: je ne sais pas quoi dire ici. Je n'ai pas assez d'expérience. Rappelez-vous, la police française a complètement migré de MSO vers OOo il y a 4 ans et l'équipe d'Obama a fait une étude l'année dernière selon laquelle OOo pouvait être utilisé dans 99% des bureaux fédéraux américains. Ce ne sont pas de mauvaises références.

    Les endroits où je vois encore une migration de masse impossible, c'est dans les bureaux de CAO ou de conception graphique. Ni AutoCAD ni Photoshop ne fonctionnent bien dans Wine. Bien que cela puisse commencer à changer dans les 2-3 prochaines années car Wine s'améliore remarquablement et peu à peu des alternatives qui peuvent remplacer AutoCAD et Photoshop dans certains cas apparaissent et évoluent également, comme Qcad, SketchUp, GIMP, etc.