Windows 11 et entreprise. Le lustre de Linux arrive-t-il sur le bureau ?

Windows 11 et entreprise

Parfois je fais des erreurs. Environ deux ou trois fois par heure. Par exemple, j'ai toujours soutenu que contrairement à Bill Gates et Steve Ballmer, Satya Nadella, venant d'un secteur où Microsoft avait une forte concurrence, savait lire le marché. Cependant, nous pouvons être confrontés à une nouvelle gaffe de Microsoft. Et, cette fois, Linux est en mesure d'en profiter.

Windows 11 et entreprise. Il y a des problèmes au paradis

Au moment où j'écris ces lignes, Windows 11 est dans trois jours. Cependant, la moitié des postes de travail d'entreprise semblent ne pas répondre aux exigences matérielles de Microsoftt. Et dans un contexte économique post-pandémique (plus la pénurie de composants) il ne semble pas y avoir beaucoup d'intérêt à mettre à niveau des équipements qui fonctionnent parfaitement bien.

Lansweeper est une société de gestion d'actifs numériques qui a récemment effectué l'enquête qui a produit le résultat que j'ai exposé ci-dessus. Leurs données sont basées sur 30 millions d'ordinateurs utilisés par 60 XNUMX organisationspar exemple.

Au cas où quelqu'un supposerait que nous sommes confrontés à un cas similaire à ce que compté Darkcrizt, je dois préciser que La décision de Microsoft exclut les équipements antérieurs à 2019, y compris certains processeurs Intel Core de XNUMXe génération ou les processeurs AMD Zen de XNUMXre génération.

Selon l'étude, 44,4% des machines pourraient répondre aux exigences du processeur Windows 11 tandis que 52,5% satisfont à l'exigence Trusted Platform Module 2.0. Les choses vont mieux avec la RAM (91,05 %)

N'oubliez pas que la configuration matérielle requise pour Windows 11 comprend au moins 4 Go de mémoire et 64 Go de stockage ; Vous devez avoir activé UEFI Secure Boot et disposer d'une carte graphique compatible DirectX 12 ou version ultérieure avec un pilote WDDM 2.0. Et n'oublions pas le Trusted Platform Module (TPM) 2.0.

Les mêmes exigences doivent être remplies si vous souhaitez utiliser des plates-formes de machines virtuelles telles que Microsoft HyperV, VMware et Oracle VM Virtual Box.

Dans le cas des machines virtuelles, le pourcentage de prise en charge du TPM est négligeable. Les processeurs pris en charge sont de 44,9% alors que seulement 66,4% ont suffisamment de RAM

En ce qui concerne le TPM, seuls 0.23% de tous les postes de travail virtuels ont TPM 2.0 activé. Et bien que cela puisse être fait, cela nécessite beaucoup de travail avant de penser à passer à Windows 11.

Bien sûr, il reste encore 4 ans de support Windows 10 et beaucoup de choses peuvent arriver. Il convient également de noter que Lansweeper a pour mission d'aider les entreprises à mettre à jour leur matériel et leurs logiciels, nous pourrions donc être sceptiques quant aux chiffres. Cependant, ils semblent crédibles.

Le lustre de Linux sur le bureau (Entreprise)

La vérité est que jusqu'à présent, Microsoft est incapable d'expliquer (comme cela s'est produit avec Windows 8) pourquoi quelqu'un devrait installer Windows 11. Hormis quelques modifications cosmétiques et la promesse toujours non tenue de permettre l'installation d'applications Android, rien ne le justifie. Et, beaucoup moins si l'on se réfère au marché des entreprises (qui continueraient à utiliser XP s'ils le quittaient)

La bizarrerie d'exiger le TPM 2 (Trusted Platform Module) ne peut être comprise que comme une tentative de vendre vos appareils. Il est vrai qu'il s'agit d'une mesure de sécurité physique basée sur une puce qui empêche les programmes malveillants d'effectuer des modifications. Mais, il ne semble pas y avoir de situation qui implique de forcer son utilisation.

Les distributions Linux sont dans une position inégalée pour remplacer Windows 10 en 2025. Non seulement il existe des programmes de support tels que ceux avec Red Hat ou Canonical pour le support commercial, mais aussi l'offre de postes de travail avec Linux installé nativement, a augmenté de façon exponentielle.

Cependant, le gros point faible reste le logiciel. Bien que des solutions telles que LibreOffice et Blender aient un support commercial, il existe encore de nombreux domaines où il n'y a pas d'alternatives compétitives, et dans le cas de ceux qui le sont, ils n'ont pas de support commercial ou leurs manuels et traductions sont incomplets.

La bonne chose est que cette fois c'est à nous.

 

 


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

7 commentaires, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   Charlie Brown dit

    Ce n'est pas si simple, dans l'environnement de l'entreprise, de nombreuses entreprises dépendent encore d'applications qui s'exécutent sur Windows et pas précisément en tant que clients Web, elles devraient donc d'abord les migrer (et reprogrammer), ce qui est sûrement plus coûteux (au moins dans le court terme) qu'un investissement dans du nouveau matériel. D'autre part, il faut tenir compte du déficit en personnel qualifié pour assurer le support technique d'une migration massive vers GNU/Linux, qui ne peut être résolu d'aujourd'hui à demain. La question de l'ignorance des décideurs pour un déménagement de cette nature et les dommages contre GNU/Linux, ça ne vaut pas la peine d'en parler.

  2.   Alberto dit

    Le problème n'est pas le logiciel, puisque celui qui vient dans les distributions est très bon.

    Dans notre entreprise, nous l'utilisons sur tous les postes de travail et serveurs. Nous n'utilisons Windows Server que pour isoler les progiciels comptables et accéder aux services gouvernementaux via un bureau à distance.

    Le vrai problème est culturel, puisque nos employés ne savent de toute façon pas utiliser Windows. C'est dans la plupart des entreprises, car personne ne prend la peine d'apprendre et ils attendent que quelqu'un sache comment installer les imprimantes ou les connecter à Internet.

    Il s'agit simplement de s'y habituer et c'est ce qu'ils font, si l'entreprise donne la directive et prépare son service informatique à fournir le soutien et l'assistance appropriés. C'est la réalité que nous vivons dans notre entreprise : 6 ans de travail avec Debian et des systèmes développés pour ce système.

    Il se peut. Ensuite, les gens ont une productivité si fluide qu'ils ne se rendent même pas compte qu'ils sont déjà habitués à travailler dans un système qu'ils ne connaissent pas.

    À l'heure actuelle, la plupart des gens ne savent pas comment utiliser leur ordinateur, et en fin de compte, peu importe ce que vous faites fonctionner, tant qu'il y a quelqu'un qui sait comment résoudre les problèmes qui surviennent.

  3.   Vicfabgar dit

    L'article parle du monde de l'entreprise, mais cela s'applique également à l'utilisateur final. L'incompétence et la mauvaise foi de Satya Nadella coûteront cher à Microsoft. Ce sujet, bien que dans un format différent, est la continuation de Ballmer en ce qui concerne l'assaut sur le matériel. Pendant ces années, son seul objectif a été de générer de l'argent, des services avant l'innovation ; pain pour aujourd'hui et faim pour demain, et nous sommes déjà dans demain. Se proclamer mécène de GNU/Linux est une impudence lorsque leurs plans se réalisent car tout doit être exécuté sous leurs directives sur du matériel fermé. C'est une opportunité en or pour le monde GNU/Linux, mais j'ai très peur que cet homme ne baisse son pantalon ou qu'ils le mettent à la rue avant 2025.

    Salutations.

    1.    jorgpeper dit

      «Pendant ces années, son seul objectif a été de générer de l'argent»
      Eh bien, bien sûr, Microsoft est une entreprise et non une sœur de la charité. Si j'avais une entreprise, je ferais la même chose.
      Les entreprises et les utilisateurs normaux continueront sur Windows, car ce système est le standard de l'informatique puisque le PC de bureau est né dans les années 80 avec IBM et rien ne va changer cela. La même chose se produit dans les téléphones mobiles avec Android, qui est une autre norme et rien ne va changer cela, et nous pourrions continuer avec des programmes comme wasap ou telegram, rien ne va changer cela.
      Je suis un utilisateur de Windows et je continuerai de l'être, car il s'agit d'un système qui répond parfaitement à mes besoins depuis de nombreuses années avec toutes sortes de programmes gratuits inclus.
      GNU Linux devra se contenter de son pourcentage dans les serveurs web, la messagerie, etc... puisqu'il n'était pas destiné aux PC tout comme il n'était pas non plus destiné à unix.

  4.   Miguel Mayol Tour dit

    "Cependant, le gros point faible (FORT) reste le logiciel"

    Des centaines de programmes GRATUITS

    Facilité d'utilisation, de configuration et surtout de MISE À JOUR, pas seulement du système d'exploitation, de tous les logiciels système, y compris les pilotes sans cesser de fonctionner avec pratiquement aucun redémarrage dans la vie de l'ordinateur - uniquement pour les changements de noyau -.

    Les programmes commerciaux utilisés par les grandes entreprises dans leurs versions communautaires - gratuites - ou les mêmes payantes.

    Excellente virtualisation gratuite avec QEMU pour les programmes qui n'existent que dans d'autres systèmes d'exploitation, si bien qu'Azure, la plate-forme MS pour le cloud, fonctionne sous Linux.

  5.   Miguel Rodriguez dit

    Il est possible que dans l'environnement commercial, il soit moins coûteux de remplacer l'équipement nécessaire au fonctionnement de Win11, car la migration d'un logiciel qui fonctionne depuis des années peut ne pas être si facile, et cela ne peut pas non plus fonctionner sous Wine. Là où il peut y avoir une opportunité, c'est chez l'utilisateur moyen qu'en voulant avoir un ordinateur avec des performances similaires moins cher que celui nécessaire pour exécuter Win11, cela pourrait éventuellement conduire à des utilisateurs finaux à domicile qui adopteront petit à petit Linux. Cependant, je ne serais pas surpris si quelqu'un ou un groupe craque Win11 pour travailler sur des ordinateurs sans TPM, et ce seront la majorité des utilisateurs communs ainsi que des entreprises situées dans le tiers monde, comme l'Amérique latine.

  6.   charlie martinez dit

    Certains instituts d'enseignement pour les professionnels de l'informatique en Galice, les soi-disant FP, ont renouvelé leur matériel l'année dernière et je pense qu'ils ne sont pas convaincus pour le moment d'installer un système qui, au repos, consomme 8 Go de RAM, plus lorsqu'il s'agit d'équipes qui, pour certaines activités, doivent exécuter une, deux, jusqu'à 3 machines virtuelles en même temps.
    Pour le moment, dans leur dual boot, ils relèguent l'installation de Windows 10 au second plan, donnant la priorité à Debian et Ubuntu et pour l'année, apparemment, ils n'adopteront que GNU/Linux.
    Ce serait merveilleux ! J'espere.