Microsoft a publié le code source du noyau Linux utilisé dans WSL2

Windows_WSL

Microsoft a publié tous les changements et ajouts au noyau Linux utilisé dans le noyau livré pour le sous-système WSL 2 (Sous-système Windows pour Linux v2). WSL Second Edition se distingue en fournissant un noyau Linux complet, plutôt qu'un émulateur à la volée qui traduit les appels système Linux en appels système Windows.

WSL 2 est une nouvelle version de l'architecture qui permet au sous-système Windows pour Linux d'exécuter les binaires Linux ELF64 sous Windows. Cette nouvelle version de WSL 2 utilise les fonctionnalités Hyper-V pour créer une machine virtuelle légère avec un noyau Linux minimal.

WSL 2 fait partie de la version de développement 10H20 de Windows 1, qui sortira en avril 2020.

Un référentiel GitHub de code source WSL2

La disponibilité à partir du code source permet aux passionnés de construire leurs builds de noyau Linux pour WSL2, s'ils le souhaitent, en tenant compte des nuances de cette plate-forme. Le noyau Linux inclus dans WSL2 est basé sur la version 4.19, s'exécutant dans un environnement Windows à l'aide d'une machine virtuelle déjà utilisée dans Azure.

Les mises à jour du noyau Linux sont fournies via le mécanisme de mise à jour Windows et sont testées sur l'infrastructure d'intégration continue de Microsoft.

Les correctifs préparés incluent des optimisations pour réduire le temps de démarrage du noyau, réduisez la consommation de mémoire et laissez l'ensemble minimum requis de pilotes et de sous-systèmes dans le noyau.

Microsoft explique dans son référentiel que «le noyau Linux est fourni uniquement sous les termes de la licence publique générale de GNU version 2 (GPL-2.0), comme indiqué dans les licences GPL-2.0, à l'exception de syscall.

La licence décrite dans le fichier COPYING s'applique au code source du noyau dans son ensemble, bien que les fichiers source individuels puissent avoir une licence différente qui doit être conforme à la GPL-2.0.

Ceux-ci comprennent:

  • GPL-1.0 +: GNU General Public License v1.0 ou version ultérieure
  • GPL-2.0 +: GNU General Public License v2.0 ou version ultérieure
  • LGPL-2.0: GNU Library v2 General Public License uniquement
  • LGPL-2.0 +: GNU Library General Public License v2 ou version ultérieure
  • LGPL-2.1: GNU Limited Public Limited License v2.1 uniquement
  • LGPL-2.1 +: GNU Limited General Public License v2.1 ou version ultérieure

En outre, les fichiers individuels peuvent être fournis sous une double licence, par exemple l'une des variantes compatibles avec GLP et sous une licence permissive comme BSD, MIT, etc.

Les fichiers d'en-tête de l'API de l'espace utilisateur (UAPI), qui décrivent l'interface des programmes de l'espace utilisateur avec le noyau, sont un cas particulier. Selon la note dans le fichier COPYING du noyau, l'interface syscall est une frontière claire, qui étend les exigences de la GPL à tout logiciel qui l'utilise pour communiquer avec le noyau.

Étant donné que les en-têtes UAPI doivent être inclus dans tout fichier source qui crée un exécutable qui s'exécute sur le noyau Linux, l'exception doit être documentée par une expression de licence spéciale.

La manière habituelle d'exprimer la licence d'un fichier source est d'ajouter le texte répété correspondant dans le commentaire au-dessus du fichier. En raison de formatage, d'erreurs typographiques, etc., ces «mots de passe» sont difficiles à valider pour les outils utilisés dans le cadre de la conformité des licences.

Également, Microsoft a demandé une liste de diffusion privée de distributions qui publie des informations sur les nouvelles vulnérabilités à un stade précoce de la détection, permettant aux distributions de se préparer au dépannage avant l'annonce publique.

Microsoft a besoin d'accéder à la liste de diffusion pour obtenir des informations sur les nouvelles vulnérabilités affectant les ensembles de distribution tels qu'Azure Sphere, le sous-système Windows pour Linux v2 et Azure HDInsight, qui ne sont pas basés sur les pratiques des distributions existantes.

Greg Kroah-Hartman, responsable du maintien d'une branche centrale stable, est prêt à agir, même s'il n'a pas pris la décision d'accorder l'accès.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Un commentaire, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   Nolgan dit

    vous laissez microsoft mettre la main au noyau linux ... ce qu'il fera comme il l'a fait en son temps avec d'autres systèmes et windows et dos ... qui est de créer PROPRES extensions linux et quand elles sont obligatoires pour les utiliser, c'est en faire plus et plus jusqu'à ce qu'il prenne le contrôle total du noyau Linux ... je l'ai déjà fait dans d'autres choses ... et maintenant il obtient petit à petit le linux kerner ... c'est que vous n'apprenez PAS le modus operandi de microsoft ... est-ce que vous n'apprenez pas ... ou pensez-vous que quelque chose a changé dans cette entreprise?

    Bref, tu es naïf