Linux et utilisateurs à domicile. Notre dernière chance (Avis)

Linux et utilisateurs à domicile

A ce stade du jeu, après Écrire plus de XNUMX mots sur la présentation d'un système d'exploitation propriétaire, vous voudrez probablement me demander quelle partie de Addicts LINUX Je ne comprenais pas. Je n'ai besoin que de deux mots de plus pour justifier cette série d'articles ; Satya Nadella.

Bill Gates a créé un marché presque à partir de zéro, Steve Jobs pouvait vendre presque n'importe quoi avec le logo Apple à son public, et il en va de même pour son successeur Tim Cook. Au lieu de cela, Satya Nadella a travaillé sur l'une des rares divisions de Microsoft dans laquelle la société a été obligée de se battre à égalité avec d'autres concurrentss pour chaque point de part de marché. C'est quelqu'un qui a la capacité de savoir où va l'industrie.

Et, le monde open source a désespérément besoin de quelqu'un comme lui.

Le secret de notre échec

Pourquoi Ubuntu Touch, Firefox OS et Windows Phone ont-ils échoué ? Comment Apple a-t-il traversé trois décennies pour échapper à la faillite jusqu'à ce que l'iPod le mette sur la voie de la rentabilité ? Pourquoi n'a-t-on jamais été l'année de Linux sur le bureau ?

La semaine dernière, en le dialogue avec le Wall Street Journal que nous avons reproduit dans un autre article, Nadella a répondu par inadvertance à toutes ces questions. La réponse à tous est : les applications.

Ubuntu Touch, FirefoxOS et Windows Phone n'avaient pas l'intégration native avec les services Google, ni WhatsApp ni Instagram. Le matériel Apple fonctionnait dans son ensemble avec le logiciel Adobe. Linux ne pouvait pas exécuter Microsoft Office, ni les jeux les plus populaires.

Dans la prochaine guerre pour dominer le marché de la consommation de masse, les applications sont des armes. Mais, le champ de bataille va être le matériel. L'analyste de l'industrie Geoff Blaber définit le nouveau scénario comme une bataille entre le PC Windows x86 et le M1 d'Apple avec MacOS

Face à une plus grande menace concurrentielle des Mac basés sur M1 d'Apple, Microsoft met l'accent sur sa philosophie d'ouverture et de connexion à l'écosystème en prenant en charge les applications Android et l'App Store d'Amazon. Le contraste avec Apple est de plus en plus net et offre aux clients un choix clair.

Jusqu'à présent, l'objectif de Linux en particulier et de l'open source en général a été de s'adapter au matériel existant. Mais, aujourd'hui, les options d'équipement natif augmentent et ce serait le bon moment pour promouvoir le matériel ouvert. Mais, pour y parvenir, il faut comprendre que les principes ne se vendent pas, il faut créer des applications que les gens veulent utiliser.

Laissez-moi vous donner un exemple. On peut devenir végétalien par amour des animaux, pour des raisons de santé, de mode ou sous la pression d'un être cher. Presque personne ne le fait car ils préfèrent le goût des radis à celui du chocolat. De même, la plupart des gens n'accepteront pas d'abandonner des fonctionnalités, aussi admirables que puissent être les principes du logiciel libre. Notre dernière chance de gagner les utilisateurs à domicile à la cause des logiciels libres et open source est de faire de meilleurs produits (c'est-à-dire plus amusants et utiles)

Linux et utilisateurs à domicile. La bataille que nous pouvons gagner

Dans des déclarations à d'autres médias, Nadella le définit mieux

Pas d'informatique personnelle sans décision personnelle
L'informatique personnelle nécessite un choix. Nous devons nourrir et développer notre propre volonté sur l'informatique elle-même. Nous voulons lever les barrières pour offrir de vraies options. Nous devons pouvoir choisir les applications que nous exécutons, le contenu que nous consommons et les personnes avec lesquelles nous nous connectons. Les systèmes d'exploitation et les appareils doivent s'adapter à nos besoins, et non l'inverse.

Hier, Pablinux Il nous a dit que la distribution chinoise Deepin permettra d'installer des applications Android. Intéressant, mais ce n'est pas le sujet.

Il ne s'agit pas de pouvoir utiliser Tik Tok sur le bureau Linux, il s'agit de vendre des téléphones, des ordinateurs portables et des PC avec du matériel ouvert.

La compatibilité de Windows avec Android durera jusqu'à ce que la part de marché des tablettes, des cloudbooks, des téléphones et des appareils hybrides dépasse 50%.Pour quelque chose, Microsoft offre de généreuses options aux développeurs pour créer des applications natives.

Allons-nous laisser Microsoft utiliser nos principes et, dans de nombreux cas, nos technologies pour conquérir le marché des utilisateurs à domicile ?

Si nous perdons cette bataille, c'est de notre faute. Nous n'avons jamais été mieux placés pour le donner.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

14 commentaires, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   Oscar Pradilla dit

    Bon billet !!
    Linux est génial (fractionné à la limite)
    Il existe des interfaces graphiques sur les ordinateurs de bureau qui sont meilleures par rapport aux autres systèmes d'exploitation.
    Les applications et l'écosystème sont un problème que j'ai trouvé pour pouvoir effectuer une migration plus soutenue au fil du temps, en tant que bon gestionnaire et éditeur de PDF… ils sont terribles

    1.    Victor Calvo dit

      Personnellement, je n'ai jamais eu de problème avec les pdf. À l'époque où j'utilisais kde, okular et libreoffice, ils me servaient pour tout ce que je devais faire. Ensuite, avec zathura en tant que visionneuse (pratiquement la même chose que mupdf en termes de fonctionnalité) et un peu de pdftex, je vais servir. Je n'ai jamais eu besoin de rien d'autre

  2.   Oscar Romain dit

    Avis intéressant. Malgré toutes les années de faible part de marché, les distributions Linux sont restées vivantes, et peut-être que ce qui motive leur lente croissance est aussi leur salut d'une disparition totale : la présence super active de la communauté et la décentralisation. Même s'il y a des crises gigantesques et que les entreprises qui sont aujourd'hui au sommet font faillite, les logiciels libres et open source continueront de bouger.

    Malgré tout, au cours de la dernière décennie, il y a eu des avancées très intéressantes, grâce aux nouveaux standards du Web, Proton, la disponibilité d'Internet, l'exposition des personnes à des environnements non Windows. Pour Hardware 360 ​​(YouTube espagnol), celui qui risque le plus de perdre du marché est Microsoft et pour éviter cela ils lanceront Windows 11.

  3.   Julio dit

    Allez-y, au travail je me consacre à la programmation et à la gestion des systèmes linux, et linux est mon environnement principal, j'ai aussi évangélisé plusieurs amis et j'utilise rarement Windows à la maison pour autre chose que jouer à des jeux. J'ai même mis une menthe Linux sur ma femme sur son PC et son ordinateur portable quand elle a commencé à se plaindre qu'ils étaient lents (et je l'ai habituée à s'y habituer)

    Le problème à mon avis est l'énorme fragmentation subie par gnu/linux. Cela peut nous sembler vraiment cool d'avoir 18 ordinateurs de bureau, 5 types d'initialisation et 5 types de gestion de packages, mais cela oblige les développeurs de logiciels commerciaux à mettre la main sur la tête. Aucune entreprise ne veut prendre en charge plus de systèmes que strictement nécessaire, mais sous Linux, c'est titanesque. Quelles distributions sont nécessaires ? Ubuntu, Rhel, Debian, Suse et Arch ? Soutenons-nous Kde et autres ou devons-nous nous en tenir à le faire bien paraître dans gnome et le donner au reste? Comparez avec Windows 7+ et macOS 10.7+ pour 2-3% des utilisateurs, vous n'aurez pas 90% des variantes de votre programme. De plus, les utilisateurs potentiels sont peu nombreux, ce qui réduit encore l'intérêt.

    Ceci avec les quelques facilités pour développer des pilotes (il n'y a pas d'ABI standard pour les pilotes sous Linux, alors que dans Windows 10 vous pouvez charger des pilotes Xp, un pilote développé il y a 15 ans pour voir comment il se charge sans recompiler ou quoi que ce soit dans linuz) ils le font que les fabricants de matériel ne suppriment pas non plus les pilotes, il est très bien que presque tout soit livré en standard avec le noyau mais ce qu'il y a souvent n'atteint pas le pilote du fabricant en termes de caractéristiques.

    A mon avis, bien tristement si après le passage de w98 à Xp, de Xp à Vista et de 7 à 8, Linux n'a pas prévalu, le passage de 10 à 11, malheureusement ce sera plus ou moins pareil. Seule une petite partie des personnes qui ne peuvent pas mettre à jour vers W11 passeront à Linux, la majorité achèteront un autre ordinateur (et regarderont Apple ici) ou elles ne mettront tout simplement pas à jour et resteront avec Windows 10 jusqu'à ce que leur ordinateur brûle.

  4.   Victor Calvo dit

    Personnellement, je n'ai jamais eu de problème avec les pdf. À l'époque où j'utilisais kde, okular et libreoffice, ils me servaient pour tout ce que je devais faire. Ensuite, avec zathura en tant que visionneuse (pratiquement la même chose que mupdf en termes de fonctionnalité) et un peu de pdftex, je vais servir. Je n'ai jamais eu besoin de rien d'autre

  5.   Qbz dit

    Le problème, ce sont les extensions des applications, par exemple celles qui obligent à utiliser une console pour les ouvrir ou, à défaut, chmod et sh, pour le moins. L'empaquetage .deb et rpm qui provoque des conflits entre les bibliothèques de différentes distributions, encourageant davantage la fragmentation. Les problèmes de fuites mémoire, etc. Bien qu'il existe des centres logiciels tels que GNOME Software ou Discover / Apper dans KDE, etc., beaucoup ont des problèmes lorsqu'ils veulent installer des applications, comme le cas le plus courant de la clé GPG, qui pour un utilisateur moyen avancé n'est pas un problème, par le nouvel utilisateur est la fin.

    Nous ne pouvons pas non plus oublier la mauvaise compatibilité et l'intégration du compositeur graphique XWAYLAND, en particulier avec les applications Nvidia gpu et screencasting modernes, bien que cela s'applique davantage aux développeurs d'applications propriétaires qui ne programment pas pour rendre l'intégration à XWayland compatible. un marché trop petit, ça arrive aussi avec d'autres suites bureautiques comme adobe, Autodesk, freeware (cpu-z x exemple), évidemment certaines alternatives ont tendance à être mieux à mon avis, par exemple sous linux un #inxi -Fxmz m'en donne plus des informations détaillées et précises que cpu-z, mais freecad est plus limité qu'Autocad et gimp, il ne peut pas côtoyer Ps, ni krita, aussi confortable et intuitif soit-il.

    Je suis un utilisateur de Linux depuis des années et je suis toujours là parce que j'aime tout ce que je peux faire sur ce système et j'ai réussi à gérer sans problème les alternatives dans certains logiciels spéciaux, mais je ne peux pas demander cela à tous ceux qui viennent à Linux du quotidien.

  6.   Angelus dit

    Aujourd'hui on essaie de simplifier les choses, tout est sur un téléphone portable, la plupart ont des petits jeux pour tout, personne ne va travailler sur Linux et encore moins, la programmation en Python, juste une bande de nerds qui se piratent, ils deviennent des révolutionnaires du clavier et combien d'autres conneries, vous pouvez mourir ou être un cadavre avec beaucoup de principes mais que personne ne s'en soucie, la question est ce que les gens recherchent ou utilisent plus, cherchez des fusions voyez comment «l'ennemi fonctionne», Devenir capricieux avec l'humanité , ne marche plus, se mettre devant un tank c'était déjà aujourd'hui dans la réalité, ils passent à côté, comme disait Tsun tzu, rencontre ton ennemi ou meurs hahaha.

  7.   Ronu dit

    C'est pourquoi plus les entreprises prennent le train en marche de l'écosystème Linux et des logiciels libres, mieux c'est. Le point positif est que cela augmente à chaque fois, le jeu Linux est à son meilleur grâce à des sociétés comme Valve. Le matériel semble également prometteur avec des entreprises comme System76, Lenovo, Slimbook, etc. Autrement dit, le succès du bureau Linux dépendra des entreprises, paradoxal mais vrai.

  8.   Jorge M. dit

    Linux est génial, je l'adore et je fais tout ce que je peux dedans, y compris bientôt que je dirige mon département logiciel que je pousserai à développer sur Linux, mais soyons honnête, le système n'est pas pour l'utilisateur final et tout ce qui est mentionné (Android, iOS, Windows, etc) conçoit pour eux, ce n'est pas pour rien aujourd'hui qu'un expert en UI/UX est requis au sein des postes de travail, Linux exige une philosophie dans laquelle la ligne de commande n'est plus la première option d'utilisation, afin pour qu'il aspire à être le système de l'année, il faut que l'utilisateur le trouve facile à utiliser, accessible, il faut aussi une sorte de programme (environnement, schéma, comme on veut le voir) dans lequel les développeurs peuvent obtenir des résultats économiques avantages pour ses applications mais il faudrait voir à quel point c'est compatible avec l'idéal de l'open source et du logiciel libre (je pense qu'ils sont opposés), personnellement je ne voudrais pas que ce soit comme les systèmes «populaires», j'aime ça de cette façon, dans les coulisses et en faisantce que d'autres systèmes ne peuvent pas, même si je mettrais le point de discussion si cela met leur existence en danger ...

  9.   Claudio Arazi dit

    J'ai lu la note et les commentaires, je dois être le plus récent de tous à accéder à Linux, juste au début de 2020, avec beaucoup de peur pour le changement mais pressé par les moments où j'ai pris la décision et je suis plus que content de l'avoir fait. J'utilise Xubuntu, LibreOffice, Inkscape, Gimp Vlc, j'ai tout ce dont j'ai besoin sur une machine de 10-12 ans, mon imprimante HP fonctionne parfaitement et je n'ai aucun problème avec les pdf. Ne veux-tu pas me donner pour quelques jeux ? C'est vrai, je ne m'y intéresse pas beaucoup non plus, je joue à quelques trucs avec mon portable.
    Je pense que ce qui résiste le plus aux utilisateurs, c'est le climat de combat. Ne vaudrait-il pas mieux démontrer la facilité d'utilisation de Linux pour les utilisateurs ordinaires que d'expliquer les avantages du logiciel libre par rapport au logiciel propriétaire ? Je pense que cela peut être en arrière-plan, les utilisateurs ordinaires doivent résoudre nos tâches quotidiennes, alors vous pouvez approfondir le sujet. Une autre chose qui confond est la variété des bureaux, personnellement, j'apprécierais la fusion, que tous les bureaux soient un, léger, pratique, agréable, facile à utiliser. Comprendre et avec suffisamment de polyvalence pour développer telle ou telle tâche, ce que ni Windows ni Mac ne proposent, en plus de l'invasion des problèmes de confidentialité.
    Je ne me suis jamais senti aussi productif qu'avec Linux.Terminal me semble être une bonne chose, je ne suis pas convaincu par les snaps. Je n'ai jamais utilisé plusieurs bureaux. De toute façon, je ne veux plus continuer. Je crois que nous n'allons pas gagner d'utilisateurs à moins que le discours ne change et/ou qu'une crise économique mondiale empêche les utilisateurs de changer fortement et qu'ils soient obligés d'essayer Linux.
    Merci pour l'espace et désolé pour la longueur du texte.
    Succès

  10.   fanta dit

    Bonjour. J'ai laissé un avis sur cet article dans le journal vidéo d'aujourd'hui : https://fediverse.tv/videos/watch/560efa40-dd2f-4ccc-a3f7-0c17657323d0

    N'oublions pas qu'en fin de compte Microsoft détient la part de marché qu'il détient parce qu'il est préinstallé sur les ordinateurs que le personnel achète. Que cela nous plaise ou non, ils ont les chiffres sur le bureau qu'ils ont.

    Cordialement.

  11.   Manuel José dit

    Linux a triomphé dans les serveurs car il est l'évolution naturelle des Unix (Solaris, Irix, AIX, SCO, etc.) jusqu'à l'actuel Red Hat Linux. Il en a été ainsi pour l'intérêt commercial (la grande majorité des contributions au noyau Linux proviennent d'entreprises). La question de Linux sur le bureau est allée dans d'autres directions puisqu'elle n'intéresse guère les entreprises et que le bureau est un marché très différent de celui des serveurs. Linux sur le bureau ne peindra jamais rien en raison du manque d'intérêt des entreprises, bien qu'il puisse avoir un meilleur avenir dans certains créneaux dans des appareils spécialisés tels que les ordinateurs dans les voitures.

  12.   peu de crash dit

    La seule raison pour laquelle Linux n'est pas sur beaucoup plus de machines est que Windows l'a pré-installé sur toutes. Et maintenant personne ne veut changer, par paresse, habitude ou peur...

    On est en retard et surtout on ne se rend pas compte que le problème était de ne pas s'entendre avec tout le monde et obliger toutes les équipes et marques à installer Linux

  13.   Miguel dit

    Je suis sous Linux depuis 14 ans maintenant, ce qui m'excite, mais pour moi l'un de ses points faibles, ce sont les programmes, ni libreoffice, ni gimp, ni frecad ne sont à la hauteur et cela éloigne l'utilisateur.Un autre problème est la fragmentation, trop de postes de travail et trop de systèmes d'exploitation. Le seul espoir que j'ai est dans Deepen, car si vous le programmez pour qu'il se répande en Chine, nous aurons un long chemin à parcourir. N'oublions pas qu'il y a plus de 1000 millions de chinois et si c'est l'utilisation augmente, la puissance de Linux va augmenter .