La loi russe sur Internet suscite des doutes et des controverses parmi les experts et les organisations de défense des droits humains

 

La nouvelle loi russe sur Internet suscite la controverse

Vladimir Poutine, président de la Fédération de Russie.

La loi Internet adoptée par la Russie  suscite des doutes parmi les experts et les militants des droits de l’homme. La règle, qui est entrée en vigueur le 1er novembre, accorde au gouvernement du pays el pouvoir de bloquer l'accès au contenu à la fois de l'intérieur et de l'extérieur de la Russie "en cas d'urgence".

Vous ne savez pas qui décide s'il s'agit ou non d'un cas d'urgence?

Loi russe sur Internet. Entre inapplicabilité et arrière-pensées

La loi a été officiellement approuvée par le président Poutine en mai. Le chef du gouvernement de la Fédération de Russie a cité la nécessité de tavoir la capacité de déconnecter le cyberespace russe du reste du monde en cas d'urgence nationale ou une menace étrangère, telle qu'une cyberattaque.

Afin d'atteindre cet objectif, la loi établit que tous les fournisseurs de services Internet locaux acheminent le trafic via des serveurs dédiés géré par Roskomnadzor, le régulateur des télécommunications du pays.

Ces serveurs agiraient comme des commutateurs qui déconnecteraient la Russie des connexions extérieur tandis que détourner le trafic Internet dans le propre espace de la Russie, à la manière d'un grand intranet national, que le gouvernement appelle RuNet.

La décision du gouvernement russe n'a surpris personne. Officiels russes ils ont travaillé dans la création de RuNet ddepuis plus d’une demi-décennie. À la suite de leur travail, des lois ont été adoptées qui obliger les entreprises étrangères à conserver les données des citoyens russes sur des serveurs situés sur le territoire de la Fédération de Russie.

Une mesure inapplicable

Experts Internet pas trop confiant dans la viabilité du plan Poutine. Les défis techniques de la déconnexion d'un pays entiersont trop complexes à surmonter sans paralyser l’ensemble de l’économie russe. Si ce n'est pas bien fait, le jarret pourrait geler.

Sans parler de la perturbation que cela entraînerait pour le système global d'attribution des noms de domaine.

Nous devons garder à l’esprit qu’il s’agit d’un pays d’une superficie de 17 098 242 km². Cela équivaut à un neuvième des terres de la planète. Et qu'au sein de cette surface coexistent divers écosystèmes et cultures et beaucoup de terres inhabitées. Les possibilités de contournement de la serrure sont infinies.

La surveillance comme cible

Les organes des droits de l'homme disent la loi n'a jamais porté sur la souveraineté sur Internet, mais sur la légalisation et le déguisement de la surveillance de masse sans déclencher de protestations de la population plus jeune de Russie, qui s'est habituée à la liberté offerte par l'Internet moderne.

Selon eux, le véritable objectif de la loi est créer une base légale pour forcer les FAI à installer des équipements d'inspection approfondie des paquets sur leurs réseaux et les forcer à détourner tout le trafic Internet via les points de rassemblement stratégiques de Roskomnadzor.

Ces serveurs Roskomnadzor sont l'endroit où les autorités russes pourront intercepter et filtrer le trafic à leur discrétion et sans contrôle judiciaire, comme le grand pare-feu de Chine.

Ils estiment que la loi sur Internet est une mise à jour du SORM (système pour les activités de recherche opérationnelle) de la Russie. La différence est que SORM fournit des capacités de reconnaissance passive, permettant aux forces de sécurité russes de récupérer des métadonnées de trafic auprès des FAI. La nouvelle loi, au contraire, propose une approche plus large, y compris des capacités de modelage actif du trafic.

Le directeur adjoint de Surveillance des droits de l'homme pour l'Europe et l'Asie centrale, Rachel Denber a déclaré dans un communiqué:

Désormais, le gouvernement peut censurer directement le contenu ou même transformer l'Internet russe en un système fermé sans dire au public ce que vous faites ou pourquoi. Cela met en péril le droit des citoyens russes à la liberté d'expression et à la liberté d'information en ligne.

Le consensus international est que la Russie il ne fait que copier le régime de Pékin, qui a également approuvé une loi similaire en 2016. Cette loi donne au gouvernement la possibilité de prendre les mesures qu'il juge appropriées dans le cyberespace du pays.

Les deux pays ont officiellement coopéré, la Chine aidant la Russie à mettre en œuvre une technologie similaire à celle de sa «Grande Muraille».


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.