L'UE ne veut pas de l'Internet par satellite de Starlink et préfère créer leur propre 

La Commission européenne a publié Il ya quelques jours qui a sélectionné un consortium de fabricants et d’opérateurs de satellites, opérateur de télécommunications et fournisseur de services de lancement européen pour étudier la conception, le développement et le lancement d'un système européen de communications spatiales indépendant.

Cette étude a été commandée à de grands noms européens comme Airbus, Thalès, Orange ou Eutelsat pour concevoir un service Internet par satellite européen visant à stimuler l'économie numérique et à réduire la fracture numérique.

La nouvelle initiative visant à pour renforcer le La souveraineté numérique de l'Europe Il est annoncé que SpaceX a l'intention d'offrir un accès Internet par satellite étendu à long terme via son service Starlink.

L'étude de faisabilité devrait durer un an et coûter 7,1 millions d'euros et vise à concevoir un système de communications spatiales indépendant spécifique à l'Union européenne. Un consortium de fabricants et opérateurs de satellites, un opérateur de télécommunications et le prestataire de services de lancement européen est chargé d'étudier la conception, le développement et le lancement d'un système européen de communications spatiales.

La proposition de cette étude est d'évaluer la viabilité de cette nouvelle initiative visant à renforcer la souveraineté numérique de l'Europe et fournir une connectivité sécurisée à ses citoyens, entreprises commerciales et institutions publiques.

Comme le projet Starlink, le système sera également chargé de fournir une couverture mondiale des zones rurales et blanches. Une fois validé, ce nouveau projet phare de l'Union européenne, qui s'inscrit dans la lignée des programmes Copernicus et Galileo, exploitera pleinement les synergies et le potentiel technologique des industries numérique et spatiale, a écrit Orange, l'un des géants européens.

"Le but de cette étude sera d'évaluer la viabilité de cette nouvelle initiative visant à renforcer la souveraineté numérique de l'Europe et à fournir une connectivité sécurisée à ses citoyens, ses entreprises commerciales et ses institutions publiques", indique l'Union européenne. Et de souligner que ce nouveau système aura, comme Starlink, par vocation "d'assurer la couverture, à l'échelle mondiale, des zones rurales et des zones blanches".

Les agents technologiques sélectionnés par Bruxelles pour réaliser cette étude sont: Airbus, Arianespace, Eutelsat, Hispasat, OHB, Orange, SES, Telespazio et Thales Alenia Space. Il leur appartient de concevoir le futur système spatial européen capable de fournir des services de communication sécurisés aux États membres de l'UE, «ainsi qu'une connectivité haut débit pour les citoyens européens, les entreprises et les secteurs de la mobilité, renforçant ainsi la souveraineté numérique de l'Union».

"La phase d'étude attribuée par la Commission européenne définira plus spécifiquement les besoins des utilisateurs, la mission du système, une conception architecturale préliminaire et un concept de prestation de services, ainsi que les estimations budgétaires associées", a déclaré la Commission. Européen. "Un programme de partenariat public-privé (PPP) sera envisagé et évalué au cours de cette phase."

L'étude examinera comment ce système spatial pourrait améliorer les infrastructures critiques actuelles et futures, y compris les réseaux au sol.

Il évaluera également comment se connecter à ces infrastructures renforcer les capacités de l'Union pour accéder au cloud et fournir des services numériques de manière indépendante et sécurisée, caractéristiques essentielles pour instaurer la confiance dans l'économie numérique et garantir l'autonomie stratégique et la résilience de l'Europe. Le projet a été initié par le commissaire européen à l'industrie, Thierry Breton, ancien directeur français de la technologie et des finances.

Les responsables de l'Union européenne ont approuvé l'étude d'une constellation en orbite basse similaire à Starlink qui fournirait des communications gouvernementales sécurisées et apporterait un service Internet aux communautés isolées. Le développement d'une telle constellation rendrait l'Europe moins dépendante de la technologie chinoise et américaine dans ce qui est en train de devenir une nouvelle course spatiale en orbite basse.

Les travaux pourraient s'inspirer des programmes européens existants autour des communications par satellite du gouvernement et de la technologie quantique. Dans un discours prononcé en septembre dernier, Breton a évoqué la nécessité d'une constellation européenne «qui permette à l'Europe d'accéder au niveau de sécurité offert par la cryptologie quantique spatiale».

source: https://www.orange.com


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Un commentaire, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   franc dit

    Ils ressemblent déjà aux Chinois, aux Russes et aux Socialistes / Communistes à chaque fois en ayant "le leur" même si ça craint.