L'Australie obligera Facebook et Google à révéler leurs algorithmes en raison de nouvelles réglementations

facebook-google

Les géants du web traversent définitivement une période de violents bouleversements. Il y a à peine un mois, il a été rapporté que les sénateurs États-Unis avait présenté un projet de loi pour forcer les entreprises de la technologie pour divulguer la valeur nette des données personnelles aux utilisateurs qui collectent sur eux.

Peu avant, un juge de la Cour de la chancellerie du Delaware a ordonné à la société de Mark Zuckerberg de divulguer aux actionnaires des informations et des documents sur la manière dont ils sont traités, protéger et exploiter les données personnelles des utilisateurs.

Ces deux événements apparemment isolés ne sont en fait que des maillons d'une chaîne née de la perte de confiance généralisée dans la capacité des titans du Web à protéger les données des utilisateurs qu'ils collectent.

Autre événement qu'arrive-t-il aux deux premiers dans un laps de temps relativement court, la menace pèse sur les grandes technologies, en particulier Facebook et Google en particulier en Australie.

En effet, après une enquête menée pendant un an et demi dans les deux entreprises, la Commission australienne de la concurrence et des consommateurs (ACCC), la Commission a conclu à la nécessité d'un régulateur renforcé, avec le pouvoir de contrôler le fonctionnement de Google et Facebook.

Car la Commission estime qu'elle devrait être en mesure de "contrôler de manière proactive" si les algorithmes de les géants de la technologie étouffent la concurrence. Les deux sociétés pourraient bientôt être contraintes de révéler tous les secrets des algorithmes qui ont fait leur succès.

Qui, en soi, cela pourrait être un exercice profondément désagréable pour Google et Facebookcar les deux sont connus pour se taire sur les détails du fonctionnement de leurs algorithmes. Si elles étaient mises en œuvre, les recommandations du rapport de l'ACCC seraient l'une des réglementations les moins indulgentes au monde.

Toutefois, les moyens par lesquels les autorités australiennes envisagent de disséquer les algorithmes de Google et Facebook évaluer son impact sur la concurrence reste un mystère. D'autre part, le rapport recommande la création d'une nouvelle organisation au sein de l'ACCC.

Il s'agirait d'une «branche des plateformes numériques» qui surveillerait de manière proactive le comportement des plateformes numériques et enquêterait sur le comportement potentiellement anticoncurrentiel des plateformes numériques.

Alors pour permettre à cette surveillance de se dérouler sans heurts et surtout d'être vraiment efficace, le rapport recommande au gouvernement australien de lancer une enquête publique visant à contraindre les entreprises à divulguer toutes les informations dont elles ont besoin pour comprendre leur fonctionnement. intérieurement.

"L'ACCC est également préoccupée par la grande quantité et la diversité des données collectées par des plates-formes numériques telles que Google et Facebook sur les consommateurs australiens, qui vont au-delà des données que les utilisateurs fournissent activement lors de l'utilisation de plates-formes numériques."

commission a également examiné l'affaire des fausses nouvelles pour laquelle il a préconisé l'adoption d'un nouveau code de conduite auquel toutes les plateformes numériques seraient soumises avec plus d'un million d'utilisateurs mensuels.

Et, enfin, le rapport du régulateur australien est évidemment de retour sur la tendance récurrente de Google à mettre ses propres services comme services par défaut sur des millions d'appareils Android.

Il a recommandé que la société de la Silicon Valley soit tenue d'offrir aux utilisateurs australiens la possibilité de choisir si, par exemple, ils souhaitent utiliser Google Chrome par défaut ou non.

Selon le Wall Street Journal, un représentant de Google a déclaré que la société "s'engagerait avec le gouvernement avec des recommandations".

La réponse de Facebook est toujours attenduerapporte le journal. Ce à quoi vous ne vous attendiez pas, ce sont les opinions des internautes. La tendance est assez unanime dans leurs rangs.

Pour la plupart, ils pensent que ce rapport n'est qu'un autre effort réglementaire qui ne mènera nulle part, car les autorités australiennes n'ont, à leur avis, aucun moyen réel de forcer Google et Facebook à divulguer les algorithmes réels.

Pour eux, les deux sociétés pourraient donner aux autorités australiennes 10 ans d'algorithmes qu'elles ne verraient que tirer.

source: https://www.accc.gov.au


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.