Internet Explorer, du quasi-monopole à l'inutilité

Logos d'Internet Explorer

Internet Explorer, autrefois le navigateur le plus populaire de l'histoire, a disparu incapable de survivre au changement d'utilisateurs et à la puissance publicitaire de Google.

Dans de nombreux blogs liés à Linux et aux logiciels libres le fait que Microsoft ait cessé de prendre en charge Internet Explorer a été célébré. Il est vrai qu'il n'a été donné qu'à certaines entreprises clientes, mais pour ceux d'entre nous qui ont souffert de l'époque où les sites "Convient uniquement à Internet Explorer" obligeaient les utilisateurs de Linux à installer Opera ou une extension Firefox qui trompait le site en lui cachant quel navigateur nous avons utilisé C'est un événement dont nous rêvions.

Cependant, la disparition d'Internet Explorer est intervenue lorsque Microsoft, contraint par le marché, a adopté les standards du web, Internet Explorer 11 n'était pas Internet Explorer 6, et ce qui l'a fait jeter l'éponge, c'est Google et ses pratiques monopolistiques.

Du quasi-monopole à la non-pertinence

La base de la première version d'Internet Explorer remonte à Mosaic, le premier navigateur web graphique de l'histoire puisque son code a servi de base à Microsoft pour son premier navigateur sorti en 1994 dans le cadre d'un pack d'extension de la version de base de Windows 95.

Il y avait une version 1.5, la première incluse gratuitement avec Windows, et le premier casse-tête auquel l'entreprise a dû faire face pour cette décision en tant que détenteur des droits de Mosaic, Spyglass a estimé que l'inclusion gratuite violait la licence qu'elle avait accordée à Microsoft

Le règlement a été réglé moyennant des frais et marque la première fois que Microsoft réussit à échapper à un audit indépendant de ses pratiques commerciales.

La version 2 du navigateur est sortie un an plus tard et est la première multiplateforme (également disponible pour Apple MacIntosh et PowerPC) et multilingue.. D'un point de vue technique, il a ajouté la prise en charge des protocoles de messagerie POP et SMTP, des cookies HTTP et du protocole de sécurité SSL. Des marqueurs pourraient également être utilisés.

En 1996, Microsoft fait un geste magistral qui finira par détrôner le leader de l'époque, Netscape. YoInternet Explorer 3 pourrait utiliser les modules complémentaires de votre concurrent. Il a également ajouté la prise en charge de deux technologies qui, bien que maintenant un peu démodées, étaient populaires à l'époque. ActiveX et cadres.

Avec Internet Explorer 4, sorti en 97, Microsoft franchit une nouvelle étape sur la voie du monopole en intégrant le navigateur au système d'exploitation. La mesure était de trop pour le ministère de la Justice qui a obtenu une condamnation favorable dans une affaire antitrust. Cependant, avec les appels et le revirement politique du gouvernement, Microsoft a réussi à partager les API avec d'autres entreprises.

Ce serait avec la version 5, étendue à d'autres plates-formes telles que Solaris et HP-UK, avec laquelle Microsoft atteint 80% du marché

l'ennemi du peuple

Volant un titre à mon compatriote Borges, si quelqu'un écrivait une Histoire Universelle de l'Infamie Technologique, Internet Explorer 6 aurait sans aucun doute une place d'honneur.

Officiellement, c'est toujours le navigateur le plus populaire de l'histoire puisqu'elle détenait 90 % du marché. Bien sûr, à une époque où le PC était l'unique appareil pour naviguer. Officieusement, il est probablement le plus insulté.  Ceux qui essayaient de faire du développement Web conforme aux normes devaient se débattre avec un navigateur qui les mettait en signet. Ceux qui utilisaient un navigateur différent souffraient de programmeurs paresseux qui n'écrivaient que pour Explorer.

En outre, il avait de multiples bogues et était la cible préférée des criminels informatiques.

Au final, même Microsoft le détestait car une large base d'utilisateurs refusait d'installer des versions ultérieures et la maintenance du code était un véritable cauchemar.

Avec la version 7 de l'année 2006, Microsoft ne s'est pas reposé sur ses lauriers. Prenant acte de l'apparition d'un nouvel acteur sur le marché (Mozilla Firefox est né deux ans avant et Google en a fait la promotion dès qu'il le pouvait) il a copié l'utilisation des onglets et les a améliorés en leur donnant des fonctionnalités de prévisualisation et la possibilité de les glisser-déposer.

Tirant la leçon des problèmes de sécurité de la version précédente, les développeurs ont limité les autorisations de lecture et d'écriture au profil de l'utilisateur.

Ils n'ont pas non plus oublié ceux qui regardaient de la pornographie au travail ou les adolescents qui partageaient un ordinateur avec le reste de la famille. IE 7 vous permettait d'effacer le cache, les cookies, les mots de passe et l'historique en un seul clic.

Dans le prochain article nous verrons comment et pourquoi Internet Explorer a disparu et pourquoi ce n'est pas une bonne nouvelle pour les logiciels libres.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.