Paul Brown: plus qu'une interview, un discours

Paul Brown

Comme vous le savez, nous avons commencé une série d'entretiens à certaines personnes concernées et également aux entreprises du secteur. Mais cela a été spécial, car, comme je le dis dans le titre, Paul Brown Il m'a proposé de changer la méthodologie et de le faire comme une conférence. J'ai finalement décidé de le faire par Telegram, ce qui donne certainement des retours que je n'ai pas eu l'occasion d'avoir avec le reste des interviews. J'espère que vous aimez le résultat aussi ...

En ce qui concerne le protagoniste, je ne pense pas que trop de présentations soient nécessaires, mais s'il y a encore des ignorants, dites-le Paul Brown est l'un des éditeurs de www.linux.com, est le fondateur de Linux Espagne, et écrit également sur son propre site Solution rapide. De plus, si vous suivez de près l'ensemble du méga projet KDE, vous saurez sûrement aussi qu'il est en charge des communications ainsi que des promotions. Voulez-vous en savoir un peu plus? Eh bien, continuez à lire ...

PDP-8

Addicts Linux: Pouvez-vous me dire ce qui vous a amené de l'enseignement d'anglais à Linux? Et quel a été votre premier contact avec le logiciel libre?

Paul Brown : Sûr. Il avait toujours été un passionné d'informatique. J'ai programmé un PDP-8 en 1979 et j'ai eu un Commodore 64 en 1982. L'autre chose est que j'étais un fou de magazines Linux. Lorsque les magazines Linux ont commencé à sortir à la fin des années 90, j'étais très intrigué et je les ai tous achetés. C'était comme un virus: la première technologie m'a infecté, puis la philosophie. C'était une révélation de toutes les mauvaises choses qui sont arrivées aux ordinateurs.

Quand un jour je me suis retrouvé à expliquer à mes étudiants (en anglais) ce que j'avais découvert à la place des usages du Present Perfect, j'ai réalisé que je devais changer de métier.

LxA : Est-ce que la machine DEC provient d'une entreprise pour laquelle vous avez travaillé?

PB: C'était une entreprise textile, mais je n'y travaillais pas. J'avais seulement 13 ans! J'étais au lycée. Un ami de mes parents était l'installateur et le programmeur de l'ensemble de l'assemblage. Il y avait un PDP-8 et un PDP-11. D'énormes déchets, avec des disques durs (externes) de la taille d'une machine à laver. Le PDP-8 a été programmé avec un téléscripteur et vous pouvez "stocker" les programmes sur des bandes papier. Comme tout était très chaud, la climatisation était allumée en permanence et vous ne pouviez entrer qu'avec un manteau blanc pour que les fils et la poussière des vêtements n'affectent pas les machines. Tous très de la science-fiction de l'époque ...

LxA : Très intéressant, je ne connaissais pas les vêtements ...

PB: L'ami de mes parents a dit qu'ils exagéraient un peu. Mais, en tenant compte du fait que l'ensemble du système valait des millions de pesetas à l'époque ...

LxA : Maintenant que vous parlez de ces vieilles machines ... Je ne sais pas si vous avez vu le documentaire Code Linux, je me souviens que le père de Linus Torvalds a dit que la machine où son fils avait eu son premier contact avec les ordinateurs avait facilité son apprentissage car de sa simplicité. Maintenant, ils sont peut-être trop complexes pour comprendre comment cela fonctionne. Tu es d'accord?

PB: Oui, mais il y a autre chose. Je garde un manuel pour le Commodore 64 et au dos se trouvent les plans de tous les composants électroniques à l'intérieur. Les manuels étaient très complets dans tout: ils expliquaient l'ensemble du système d'exploitation, des applications et du matériel. Cela a été perdu. La plupart des machines que les gens achètent sont des boîtes noires, sans aucune documentation. Alors que dans les années 80 les utilisateurs étaient invités à déconner (on leur en avait donné les moyens), il y a maintenant des entreprises qui prétendent vous faire croire que c'est même illégal.

Code source

LxA : Totalement d'accord. C'est pourquoi des projets tels que le Raspberry Pi et Arduino ont si bien pénétré le monde de l'éducation, non? Ils sont beaucoup plus simples, ils sont revenus à cette époque d'une certaine manière et vous trouvez beaucoup de documentation ...

PB: Oui, en fait le Raspberry Pi a été conçu par des ingénieurs qui travaillaient sur des ordinateurs personnels (les «microphones» comme on les appelait alors) des années 80. Ils se sont rendu compte que la fermeture du matériel transformait les ordinateurs en appareils presque électroménagers.

Cela avait nui à la qualité des étudiants inscrits à des carrières en informatique. Autrement dit, les étudiants en informatique des années 80 et du début des années 90 en savaient beaucoup plus que ceux qui entrent maintenant. Et ce n'est pas parce que "tous les temps passés étaient meilleurs", mais parce que l'industrie a décidé que moins l'utilisateur en savait, mieux c'était. C'est l'idiotie de l'informatique personnelle qui a conduit à une crise des talents.

Je ne dis pas que la démocratisation et la simplification sont mauvaises, œil. Mais cela a un autre effet qui ne peut être ignoré. Ce qui est mauvais, c'est de cacher ce qui se passe à l'intérieur pour ceux qui sont curieux.

LxA : Idiotisation et méfiance, au-delà de ce que vous évoquez, également dans la méfiance en termes de sécurité et de confidentialité. Vous ne savez vraiment pas ce que fait le logiciel, mais le matériel non plus ...

PB: Et cela nous amène à des choses comme Spectre et Meltdown: des bogues et des vulnérabilités qui existent dans les systèmes depuis les années 90 et que des gens comme Intel savaient mais ne devraient pas divulguer.

LxA : Pensez-vous que le Raspi aurait également manqué d'un processeur ouvert? Au lieu d'une adresse IP principale ARM ...

PB: Oui biensur. Cela m'irrite assez que nous ne puissions pas avoir de matériel dont tous les composants sont ouverts à ce stade du siècle. C'est un problème en suspens que la communauté doit résoudre.

LxA : J'ai passé 15 ans à faire des recherches sur les microprocesseurs et il y a des projets intéressants comme OpenSPARC, OpenPOWER, RISC, ...

PB: Il y a plusieurs projets là-bas… Le RISC V semble prometteur, mais pour le moment c'est plus un projet qu'autre chose. Je connais également un peu OpenPOWER. Agh… Je ne sais pas à quel point c'est ouvert. Je suppose que c'est un pas dans cette direction, mais jusqu'à ce que vous voyiez tous les schémas distribués sous une licence approuvée par la FSF ou l'OSI ...

LxA : Changer un peu de troisième ... Que diriez-vous de voir le boom des jeux vidéo avec le support de Linux?

PB: Hehe… C'est un sujet qui a aussi son côté sombre. D'une part, très bien. Donc tous ceux qui disent "je ne passe pas par les jeux" n'auront plus d'excuse. D'un autre côté, l'idée du logiciel libre n'est pas de créer des environnements qui facilitent la distribution de logiciels propriétaires. C'est un peu comme Android, oui le noyau est gratuit, mais personne ne confondra le système avec un système gratuit.

On se demande que pour cela, quelle différence cela fait-il que le noyau soit libre ou non? C'est aussi comme qui prétend que lorsque nous aurons Microsoft Office ou Photoshop pour Linux. Ma réponse à cela est: «S'il vous plaît, ne le faites pas. Cela tuerait des projets comme LibreOffice, ou GIMP, ou Kirta, ...

Mais j'avoue que le jeu est compliqué. Je peux comprendre comment générer des affaires avec des logiciels de bureau ou de conception gratuits, vous pouvez créer de la documentation, donner des cours, un support technique, mais dans le cas des jeux vidéo gratuits ... Quelles sont les autres entreprises en dehors de la vente du jeu?

LxA : Cela me rappelle une interview que nous avons faite avec Richard Stallman, où il a dit: "Si quelqu'un utilise Visual Studio sur GNU / Linux, c'est bien mieux que d'utiliser Visual Studio sur Windows, car Windows ne les soumet plus." Vous pensez aussi quelque chose de similaire à propos des jeux vidéo ...

PB: Oui, mais c'est une étape incrémentielle beaucoup plus petite que ce que les gens pensent. Mais c'est encore un pas. Jouer à des jeux gratuits sur des plateformes gratuites… ce serait un progrès évident.

LxA : Et maintenant que nous avons cité Microsoft, que pensez-vous des derniers mouvements? Comme l'achat de GitHub, l'ouverture de certains projets, la distribution basée sur Linux, la contribution de l'argent et du code à la Linux Foundation, le dernier mouvement sur les brevets… Ça a l'air bien, mais quand vous voyez Linux Sucks 2018, Bryan Lunduke dit quelque chose qui donne des frissons , sur la stratégie de Microsoft de détruire de l'intérieur: «Embrassez, étendez, éteignez».

Microsoft Love ??? Linux

PB: C'est un peu plus complexe que ça. Microsoft est une grande entreprise. En tant que tel, il ne peut pas faire de bonnes ou de mauvaises choses. C'est anthropomorphisant. Comme toute grande entreprise, telle qu'IBM, Red Hat ou toute autre, seuls ses actionnaires répondent en premier. Désormais, les intérêts de Microsoft s'alignent (quelque peu) sur ceux de Linux. Rien de plus.

En fait, notez qu'aucune de ces entreprises n'utilise jamais le terme «logiciel libre», elles utilisent toujours «open-source», qui n'a aucune connotation morale. C'est exact: les entreprises ne peuvent pas être créditées de moralité. Il s'ensuit donc que Microsoft aime que Linux est du pur marketing.

Voyons voir, je ne doute pas qu'il y ait des ingénieurs MS qui aiment l'open source, et qui sont de bons citoyens dans la communauté, mais tombent dans l'erreur qu'une entreprise, plus dans celle de la taille de Microsoft, peut avoir des sentiments ou une moralité, c'est délirant. Attention, je pense la même chose à propos de Red Hat, IBM, Samsung, etc.

De plus, si vous pensez comme ça, vous ne serez jamais déçu quand ils font quelque chose avec lequel vous n'êtes pas d'accord. Le raisonnement derrière leur motivation est toujours simple: «Avec cela, ils ont réussi à augmenter la valeur de leurs actions». C'est tout. C'est toute la justification dont vous avez besoin. C'est pourquoi ils doivent être réglés à mort. En fait, je ne pense pas qu'aucune entreprise ne devrait se permettre de se développer et d'accumuler autant d'énergie qu'un Microsoft, Google, Apple, Amazon ...

LxA : Oui, malheureusement, la règle des actionnaires, j'ai vu de nombreuses entreprises changer de cap même au prix de passer à côté de leurs propres employés ou ingénieurs simplement parce que l'argent est transféré dans un autre secteur. Par exemple, je me rappelle le cas d'AMD, lorsque les actionnaires ont vu un marché potentiel pour les appareils de faible puissance et mobiles et ont voulu sacrifier les performances pour réduire la consommation d'énergie et il y a eu une ruée d'ingénieurs de la vieille école. Et cela a poussé l'entreprise à s'agenouiller devant Intel jusqu'à l'arrivée de Zen, quand ils ont récupéré une bonne poignée de bons architectes. Mais je me demande ce qui vient en premier, la poule ou l'œuf? Je veux dire, pour que ces actionnaires déplacent un onglet, il doit y avoir une carotte devant eux qui les encourage à le faire ... Steve Jobs a été un magicien dans ce domaine, générant un besoin puis l'exploitant ...

PB: Homme, générer un besoin est un peu une contradiction dans les termes, non? Je ne veux pas devenir philosophique, mais avoir un iPad n'est pas une nécessité.

LxA : Oui, mais ils vous font croire que si vous ne l'avez pas, vous n'êtes pas «cool». En fait, il y a beaucoup d'écoles qui veulent que leurs élèves travaillent avec des iPad et pas avec n'importe quelle tablette, forçant les parents à faire une grosse dépense d'argent et toutes les autres choses que cela implique ... Si vous portez une tablette Android, vous serez la classe rare ou vous ne pourrez même pas travailler, c'est juste criminel. En plus de cela, si vous vous y habituez, alors vous voudrez que ... Il y a aussi des études qui disent que l'iPhone est devenu l'un des indicateurs du niveau économique actuel. Et les gens se suicident pour les avoir ...

PB: … Le logiciel libre pourrait utiliser un peu de ça… euh… glamour. Et que les gens pensaient qu'installer Arch ou Debian devait être le maître. C'est tout…

Autres interviews de la série:

Entretiens Linux

Merci beaucoup pour tout Paul, un plaisir… J'espère que les lecteurs ont trouvé cette interview intéressante. N'oubliez pas de laisser votre commentaires.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Un commentaire, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   RafaGCG dit

    Très interessant. Merci