En fin de compte, c'est arrivé, après l'interdiction de Trump sur les réseaux sociaux, le problème de la régulation en eux se pose

Au cours de la dernière semaine, divers événements ont été générés en réponse aux événements qui ont eu lieu au Capitole, événements qui sont attribués aux publications sur les réseaux sociaux de l'actuel président des États-Unis "Donald Trump".

Après ces événements certains réseaux sociaux et autres plateformes technologique ils ont décidé d'agir après le récit de Le Twitter de Donald Trump a été bloqué définitivement.

Et bien, c'est là que commence la partie intéressante du cas, puisque depuis que les différentes plateformes technologiques ont pris leur décision d'agir sur les événements les opinions étaient partagées essentiellement dans deux camps «ceux pour» et ceux «contre».

Bien qu'il puisse aussi y avoir des neutres, ceux qui ne s'en soucient tout simplement pas, dans cette situation, il n'y a pas de point intermédiaire, car les événements qui sont sur le point de se produire marqueront sans aucun doute quelque chose d'important sur où nous allons en tant que société et d'en connaître la portée. et ce qui devra être fait au sujet de la réglementation des médias sociaux.

C'est une question qui a été débattue pendant une longue période et que, comme précédent, nous pouvons remonter une dizaine d'années en arrière et prendre comme référence ce qui s'est passé en Égypte.

Il faut prendre en compte que du côté de ceux qui se retrouvent sur la réponse des plateformes technologiques à propos de Trump, ils ont principalement en tête: "La liberté d'expression du président américain sortant est-elle refusée?"

Dans ces conditions, de nombreuses plateformes se justifient par la nécessité de lutter contre l'incitation à la violence véhiculée par leurs publications.

Pour sa part, L'actuel ministre français des Finances, Bruno le Maire, dénonce une oligarchie numérique qui menace les démocraties:

«Ce qui me surprend à propos de la fermeture du compte Twitter de Donald Trump, c'est que c'est Twitter qui ferme. La régulation des personnes numériques ne peut pas être faite par l'oligarchie numérique elle-même. L'oligarchie numérique est l'une des menaces qui pèse sur les États et les démocraties. La réglementation est nécessaire, mais elle doit être faite par le peuple souverain, par les États et par la justice »

En Allemagne avec le départ de la porte-parole d'Angela Merkel:

«La chancelière considère la suspension permanente du compte d'un président sortant comme problématique. Des droits tels que la liberté d'expression peuvent être entravés, mais par la loi et dans le cadre défini par le législateur et non par une décision de l'entreprise. "

Cette situation générée a créé un point de discorde important entre les États-Unis et l'Europe sur la manière de réglementer les plateformes de médias sociaux.

Et dans l'UE veut donner aux régulateurs plus de pouvoir pour forcer les plates-formes à partir d'Internet comme Facebook ou Twitter pour supprimer le contenu illégal et aux États-Unis, d'autre part, la surveillance des contenus publiés sur leurs plateformes a jusqu'à présent été la responsabilité des fournisseurs de services en ligne, bien que les mesures politiques visant à restreindre leurs libertés réglementaires deviennent de plus en plus fréquentes.

Ces mesures fonctionnent déjà depuis plusieurs mois dans différents projets de loi qui limiteraient les protections juridiques dont disposent les entreprises de médias sociaux contre les poursuites pour contenu tiers publié sur leurs sites.

Tandis que d'autres font pression pour un nouveau projet de loi fédéral sur la protection des données, qui pourrait refléter le règlement général sur la protection des données (RGPD) de l'Union européenne.

Débats sur le pouvoir des médias sociaux et l'interprétation qui sera donnée à la liberté d'expression ce sont sans aucun doute des sujets assez délicats.

Avec cela, ils sont regroupés en plusieurs factions parmi lesquelles: ceux qui pensent que les réseaux sociaux ne sont pas des services publics, tandis que d'autres les considèrent comme essentiels en termes de communication et il y a ceux qui pensent que ces plateformes peuvent être considérées comme des services publics si elles sont considérés en fonction de son expansion.

Les médias sociaux ont longtemps évité ces débats en se positionnant comme neutre sur le plan du contenu.

Mais depuis l'assaut du Capitole, il est devenu de plus en plus clair qu'ils ont le pouvoir et la responsabilité sur le débat public.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

2 commentaires, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données : AB Internet Networks 2008 SL
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   Lucrèce Orontius dit

    Eh bien, il semble que nous soyons revenus à ce qui a été vu en Europe pendant l'existence de l'Inquisition et du fascisme; ceux qui ne pensent pas comme nous doivent être exterminés de la surface de la terre. Les réseaux sociaux eux-mêmes creusent la fosse dans laquelle ils seront eux-mêmes enterrés lorsque le vent tournera et qu'eux-mêmes et leurs patrons sont la cible des masses en colère. Vous n'avez pas besoin d'être un phare pour comprendre ce qu'ils font. La liberté est un droit qui ne vous appartient que si votre opinion est une copie exacte de ce que nous aimons tous entendre.

  2.   miguel rodríguez dit

    Je crois que les gens ne comprennent pas que le fait de pouvoir traduire des idées et des informations sans avoir à payer sur un site en ligne en quelque sorte le rend public ou «gratuit», qu'ils ont le «droit» de décider d'intervenir sur la propriété privée entreprises qui offrent des services pour sauvegarder une "liberté d'expression" selon elles que, à partir du moment où les conditions du service sont acceptées, un pacte ou contrat bilatéral des parties (client et entreprise) est déjà déterminé, qui doit être remplie et cela est également parfois intervenu par la législation de l'État ... Quand il est presque impossible d'écrire quelque chose sur Internet, j'espère qu'ils ne viennent pas comme des pleurnichards pour parler de liberté d'expression car ce qu'ils demandent, c'est le contrôle public sur réseaux sociaux, quelque chose qui fait des délices de chaque politicien et dictateur potentiel.